ActualitéAmérique du nordEuropeRetail & eCommerceTransport

Livraisons de repas: Uber s’intéresse à Deliveroo

Avec l'AFP

Le groupe américain de réservation de voitures avec chauffeurs Uber s’intéresse à la start-up britannique Deliveroo, spécialisée dans la livraison de repas préparés, selon l’agence d’information financière Bloomberg.

Uber, déjà présent dans ce secteur avec son service similaire Uber Eats, est «en discussions préliminaires» pour acheter Deliveroo pour plusieurs milliards de dollars, selon l’agence, qui souligne jeudi que la valorisation théorique de Deliveroo tourne autour de deux milliards de dollars à l’issue de sa dernière levée de fonds. Contacté par l’AFP, Uber n’a pas souhaité commenter. Créée à Londres en 2013, la start-up Deliveroo fait travailler quelque 35 000 coursiers à vélo dans 12 pays et sur quatre continents.

Uber Eats monte en puissance à l’international 

Bloomberg avait par ailleurs affirmé cette semaine qu’Uber s’intéressait aussi à son concurrent dans la réservation de voitures au Moyen-Orient, Careem. Uber, qui envisage de faire son entrée en Bourse en 2019, avait annoncé en août son intention de dépenser beaucoup d’argent, conséquence de ses ambitions dans la livraison des repas, le partage de vélos et son développement international.

Uber investit déjà beaucoup dans son service Eats, qui est désormais disponible dans de nouvelles villes en Europe, au Moyen-Orient et en Inde. Il a notamment mis la main sur la start-up Ando afin de renforcer Eats.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Livraisons de repas: Uber s’intéresse à Deliveroo
UE: Thierry Breton l’affirme, la supervision des Gafa sera du ressort de chaque État membre
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer