ActualitéBusinessTransport

En marge de son entrée en Bourse, Uber réduit ses pertes et va continuer à investir

New York, 15 août 2018 (AFP)

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Uber a réduit ses pertes trimestrielles et va continuer à dépenser beaucoup d’argent, conséquence de ses ambitions dans la livraison de repas, le partage de vélos et son développement international. Le groupe de VTC (location de voitures avec chauffeur), qui envisage de faire son entrée en Bourse en 2019, a enregistré une perte nette de 891 millions de dollars au deuxième trimestre, contre 1,1 milliard de dollars à la même période en 2017, selon un courriel envoyé à l’AFP. La perte est toutefois plus importante comparée au premier trimestre où elle était de 577 millions de dollars. Exprimée en EBITDA (avant intérêts, impôts et amortissements), la perte est de 614 millions de dollars pour 773 millions de dollars un an plus tôt.

Le chiffre d’affaires a flambé de 63% à 2,8 milliards de dollars, tandis que les réservations, qui mesurent la demande, se sont envolées de 41% à 12 milliards, des données qui suggèrent que Dara Khosrowshahi, qui a pris les commandes il y a quasiment un an, est en train de remettre le groupe sur la bonne voie. Le patron d’Uber a promis mercredi dernier que la firme américaine allait continuer à investir dans la livraison de repas, les scooters et les vélos partagés, des créneaux de croissance identifiés.

IPO prévue pour le deuxième semestre 2019

Il continue aussi à miser sur «les marchés à haut potentiel que sont l’Inde et le Moyen-Orient» où il est confronté à des concurrents locaux bien implantés, Ola et Careem. «Pour la suite, nous avons choisi délibérément d’investir dans l’avenir de notre plateforme», assure le PDG, pourtant sous la pression pour améliorer la rentabilité du groupe avant son arrivée à Wall Street au deuxième semestre 2019 pour ce qui s’annonce comme l’une des plus grosses introductions en Bourse de l’histoire.

Uber investit beaucoup dans son service de livraison de repas Eats, qui est désormais disponible dans de nouvelles villes en Europe, au Moyen-Orient et en Inde. Il a notamment mis la main sur la start-up Ando afin de renforcer Eats. Le groupe est également en train d’étendre son service de partage de vélos en ville depuis le rachat de Jump Bikes, société américaine spécialisée dans les bicyclettes électriques partagées.

Uber confronté à plusieurs défis 

Uber fait toutefois face à des obstacles qui pourraient contrarier ses ambitions. La ville de New York a adopté début août un texte qui va interdire pour un an la délivrance de permis d’exercer pour les VTC, tout en imposant un salaire horaire minimum pour leurs chauffeurs, une première.

La division de développement de véhicules autonomes affiche des pertes sans discontinuer et est plongée dans une crise après un accident mortel impliquant ses technologies en mars dans l’Arizona. Uber n’a eu d’autre choix que de suspendre ses opérations dans cet État. Le site spécialisé The Information a affirmé la semaine passée qu’un actionnaire a demandé à Uber de se séparer de cette division.

Bouton retour en haut de la page
En marge de son entrée en Bourse, Uber réduit ses pertes et va continuer à investir
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
[Série A] RH : Club Employés lève 7 millions d’euros auprès de MAIF Avenir
[Seed] Rodeeo lève 400 000 euros pour son app de location de véhicules
BeautyTech: le géant britannique Treatwell rachète la startup française Wavy
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media