ActualitéBusinessEuropeTech

Malgré un ralentissement économique, Capgemini profite d’un « gros appétit » technologique

Avec l'AFP

Tous les indicateurs sont au vert chez le géant informatique français Capgemini, qui prévoit de continuer à améliorer ses performances en 2019, après un chiffre d’affaires 2018 en hausse, malgré une incertitude macroéconomique un peu plus importante.

« Il y a un gros appétit de technologies chez tous nos clients« , a expliqué jeudi à des journalistes le président-directeur général du groupe, Paul Hermelin, dans la foulée de la publication des résultats financiers pour 2018. « En dépit d’une économie probablement un petit peu moins dynamique, nous avons une forte demande venant des directeurs métiers (directeurs marketing, industriels) pour la digitalisation de l’économie« , a-t-il estimé. Quant aux directeurs informatiques, « ils démarrent l’année avec des budgets assez protégés, donc nous pensons que nous sommes capables de réaliser à nouveau une performance supérieure au marché« , a ajouté M. Hermelin.

Le groupe français, qui emploie aujourd’hui 211 300 personnes (+5,8% sur un an) a vu son chiffre d’affaires augmenter de 8,1% à 13,2 milliards d’euros en 2018 (à taux de change constants), et prévoit une croissance probablement ralentie mais toujours solide en 2019, dans une fourchette estimée entre +5,5 et +8%. Hors retraitements, le chiffre d’affaires 2018 a progressé de 5,4%. La marge opérationnelle a grimpé à 12,1% en 2018 (contre 11,9% en 2017) et le groupe prévoit une nouvelle progression lors de l’exercice en cours, entre « 12,3% et 12,6% ».

Le ralentissement actuel de l’économie chinoise n’inquiète pas beaucoup Paul Hermelin. Capgemini est faiblement exposé à la Chine, et uniquement via ses clients automobiles, a-t-il expliqué. En Allemagne, ou le secteur automobile « sera probablement un peu plus difficile« , la « dynamique en technologie l’emporte sur le ralentissement de l’automobile », estime-t-il.

Le risque macroéconomique existe bien pour Capgemini, comme le montre la fourchette retenue pour la prévision de croissance des ventes, nettement plus large que l’année dernière. Mais « même dans l’hypothèse basse (+5,5%), nous pensons être capables d’augmenter notre rentabilité« , a souligné M. Hermelin.

L’Amérique du Nord en pointe

D’un point de vue géographique, la progression de la marge opérationnelle « a été principalement tirée en 2018 par l’augmentation de la profitabilité en Europe continentale et dans la région Asie-Pacifique et Amérique latine, » a indiqué Capgemini. Mais l’Amérique du Nord (32% du chiffre d’affaires du groupe) reste la région reine pour la rentabilité et la croissance du chiffre d’affaires, avec un taux de marge opérationnelle stable à 13,6% et des ventes en hausse de 14,4% à taux de change constants.

En France (22% du chiffre d’affaires), les ventes ont augmenté de 6,4%, tandis que le taux de marge opérationnelle s’est fixé à 11,1%. Du point de vue des métiers, le conseil, encore peu important en volume (6% du chiffre d’affaires du groupe), enregistre une progression en flèche de 37,4% à taux de change constants, grâce aux acquisitions dans ce domaine, « mais également à une activité soutenue dans ses principales géographies« .

La transformation numérique des entreprises tire la demande de conseil, en particulier dans « les services financiers, de l’industrie et celui de la distribution« , selon Capgemini. A l’inverse, le secteur de l’infogérance (gestion de capacités informatiques pour le compte de tiers, 15% du chiffre d’affaires du groupe) enregistre un recul de 4,2% du chiffre d’affaires à taux de change constants.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Malgré un ralentissement économique, Capgemini profite d’un « gros appétit » technologique
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link