A la uneAmérique du nordManagementStartupTV

Marc Rougier (Scoop.it) : « En France, il reste des blocages pour transformer une start-up en grand groupe »

Ancien toulousain, Marc Rougier est aujourd’hui installé aux Etats-Unis, où il dirige Scoop.it. Ce multi-entrepreneur a également cofondé la société Meiosys (rachetée par IBM) ainsi que Goojet. Il a également participé à la fondation en 2012 du lobby de l’économie numérique France Digitale.

Il fait partie de la soixantaine d’entrepreneurs français de la Tech qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs à l’été 2014. A cette  occasion, il a livré sa vision de l’entrepreneuriat, de ce qu’est une start-up, mais aussi son point de vue sur l’écosystème français et ses blocages. Pour lui, créer une entreprise dans l’Hexagone est facile. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est de réussir à la faire grandir pour la faire sortir du statut de start-up. Il évoque dans cette interview les points sur lesquels il estime qu’il est temps de travailler…

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement sur Dailymotion. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine en ligne consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs.

Voir aussi : 

>> Raouti Chehih: « faisons, exécutons, avançons! »

>> Christine Richard (Bmobile): « Etre chef d’entreprise, c’est être agile: il faut savoir détruire pour mieux reconstruire »

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Marc Rougier (Scoop.it) : « En France, il reste des blocages pour transformer une start-up en grand groupe »
FrenchFounders fait appel à Géraldine Le Meur pour piloter son premier fonds d’investissement
Pourquoi le courage managérial est-il remis en cause?
Marketing : pourquoi Sendinblue mise sur l’Amérique du Nord
Index Ventures : « Les startups européennes retardent leur développement aux États-Unis » 
BioTech : DNA Script lève 46 millions d’euros de plus pour commercialiser son imprimante à ADN
Sorare lève 4 millions de dollars pour son jeu de «fantasy football» basé sur la blockchain