ActualitéInvestissementsLes levées de fondsStartup

Mary Meeker mène un tour de table de 85 millions de dollars dans la licorne australienne Canva

Après avoir investi pendant plusieurs années dans des start-up prometteuses lorsqu’elle était chez Kleiner Perkins, la célèbre spécialiste américaine du capital-risque, réputée pour son rapport annuel sur l’évolution des tendances digitales, opère désormais au travers de Bond, son propre véhicule d’investissement. Après avoir réuni 1,25 milliard de dollars pour ce dernier, Mary Meeker a commencé à placer ses pions dans les pépites de demain. Pour son premier investissement avec Bond, l’analyste américaine a ainsi jeté son dévolu sur la start-up australienne Canva, qui développe une plateforme de création graphique.

En mai dernier, Mary Meeker avait ainsi participé au tour de table de 70 millions de dollars de la société australienne, portant sa valorisation à 2,5 milliards de dollars. Un premier coup d’éclat suivi d’un deuxième cinq mois plus tard. En effet, la star du capital-risque mène cette fois un tour de table de 85 millions de dollars qui permet d’augmenter encore un peu plus la valorisation de l’entreprise basée à Sydney. Celle-ci est désormais valorisée à 3,2 milliards de dollars. Outre Bond, le fonds de Mary Meeker, General Catalyst, Bessemer Venture Partners, Blackbird et Sequoia China ont également participé à l’opération. Au total, la licorne australienne a levé près de 250 millions de dollars depuis sa création.

20 millions d’utilisateurs dans 190 pays 

Fondée en 2012 par Melanie Perkins, Cliff Obrecht et Cameron Adams, Canva propose des outils et des modèles graphiques aux particuliers et aux entreprises pour les aider à créer des visuels (logos, bannières, graphiques, tableaux…) pour rendre leurs projets (CV, présentation, campagne marketing…) plus attractifs. La plateforme repose sur un modèle «freemium» où l’utilisateur peut accéder gratuitement à l’offre de base et doit payer s’il veut bénéficier de services supplémentaires plus complets. Une approche qui a permis de séduire les investisseurs et surtout les utilisateurs dans le monde entier. Canva, qui rivalise avec les solutions graphiques de géants comme Adobe et Microsoft, revendique ainsi plus de 20 millions d’utilisateurs actifs par mois dans 190 pays.

Après avoir levé 155 millions de dollars cette année, la société australienne entend s’appuyer sur les fonds collectés pour doubler ses effectifs et ainsi atteindre les 1 400 collaborateurs en 2020. Ce renforcement des équipes doit permettre à l’entreprise de concentrer ses efforts sur le segment B2B, ce qui va se traduire par le lancement d’une nouvelle offre à destination des entreprises. Pour se renforcer, la licorne a également mis la main cette année sur les banques d’images Pexels et Pixabay pour mettre à disposition de ses utilisateurs plus d’un million de nouvelles images, vidéos et illustrations. Deux acquisitions notamment utiles pour cibler les petites entreprises et les spécialistes du marketing sur les réseaux sociaux, et pas seulement les grands groupes. Toutefois, Canva indique que 85% des entreprises du Fortune 500 utilisent sa plateforme de création graphique.

Canva : les données clés

Fondateurs : Melanie Perkins, Cliff Obrecht et Cameron Adams
Création : 2012
Siège social : Sydney
Secteur : design
Activité : plateforme de création graphique
Concurrents : Adobe, Microsoft, Crello, Shutterstock…


Financement : 85 millions de dollars en série D en octobre 2019 auprès de Bond, le fonds de Mary Meeker, General Catalyst, Bessemer Venture Partners, Blackbird et Sequoia China, 70 millions de dollars en série D en mai 2019…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Mary Meeker mène un tour de table de 85 millions de dollars dans la licorne australienne Canva
The Garage, l’incubateur de Cyril Paglino pour créer un écosystème blockchain de référence en Europe
Instagram
Reels, l’arme d’Instagram pour contrer l’ascension fulgurante de TikTok
Comment les indépendantistes catalans usent du numérique contre Madrid
Glyphosate, pesticides: un rapport parlementaire plaide en faveur d’une centralisation des données
FinTech: Revolut continue de recruter des têtes d’affiche de la finance
Pourquoi Balderton Capital lance un nouveau fonds de 400 millions d’euros
Copy link