A la uneBusinessEuropeTransport

Mondial de l’Auto: quelle place pour les innovations digitales?

Pour la première fois cette année, la start-up Blablacar sera présente au Mondial de l'Automobile, aux côtés d'autres acteurs de la nouvelle économie comme Drivy par exemple. 

Nouveaux concepts de véhicules, voitures 100% électriques: l'événement qui se tient jusqu'au 16 octobre à la Porte de Versailles à Paris est l'occasion pour les constructeurs automobiles de présenter leurs innovations les plus spectaculaires. Cette année, les nouvelles formes de mobilité y ont aussi leur place, comme en témoigne l'organisation du premier Mondial Innovation Forum le 5 octobre, en présence d'acteurs du covoiturage et de l'autopartage, mais aussi du président d'Hyperloop Transportation. 

Frenchweb a sélectionné les grandes tendances en matière d'innovation digitale mises en avant à l'occasion de ce rendez-vous incontournable des professionnels du secteur automobile. 

Les premiers véhicules autonomes sur la route d'ici 2020

En matière d'automobile, innovation digitale rime souvent avec véhicule autonome dans l'imaginaire collectif. Plus de la moitié des Français estime que la voiture autonome est synonyme de plus de sécurité, et 58% estiment qu'elle s'accompagne d'un meilleur confort, selon les résultats du sondage OpinionWay réalisé pour le Mondial de l'Automobile. 

En phase avec cette tendance, le Groupe PSA a récemment déclaré être en train de tester 10 prototypes de Citroën Picasso autonomes sur les routes d'Europe, avec pour objectif de commercialiser son premier véhicule totalement autonome en 2021. La société, qui opte pour une intégration progressive de modules connectés dans ses véhicules, annonce avoir déjà commencé à équiper ses nouvelles 3008.  

A l'occasion d'une session de questions-réponses qui s'est tenue pendant le Mondial de l'Auto, le groupe Renault a quant à lui annoncé la commercialisation de ses premières voitures autonomes en 2020. 

Sur le marché des voitures autonomes, des acteurs internationaux font aujourd'hui figure de références: le Chinois Baidu, qui estime pouvoir présenter son premier modèle viable d'ici 2018, General Motors, qui a racheté en mars dernier la société Cruise Automation, ou encore Telsa

Si l'engouement est fort pour les voitures autonomes, le prix des véhicules équipés de modules autonomes est un frein à l'achat: à peine un tiers des particuliers estime le rapport qualité/prix intéressant selon les résultats d'une étude Connected Car publiée en mai dernier. 

Les nouvelles mobilités en bonne place

Autre tendance forte en matière de transport: les nouvelles formes de mobilité telles que le covoiturage (mode de transport préféré par 19% des Français pour des trajets longs, selon le sondage Opinion Way) ou encore l'autopartage (préféré par près de 2 Français sur 10 pour des trajets courts en ville). Ces dernières transforment le rapport à la voiture, rendant la possibilité d'utiliser un véhicule plus importante que le fait de le posséder. 

Preuve de l'importance que prennent ces nouvelles manières de se déplacer, les organisateurs du Mondial ont consacré une journée entière à cette thématique, à l'occasion de la conférence «Moving Beyond Cars» organisée dans le cadre du Mondial Innovation Forum, le 5 octobre. 

Le groupe PSA s'inscrit une nouvelle fois dans la tendance, avec la création d'une nouvelle marque, Free2Move, qui regroupe l'ensemble de ses offres connectées, ainsi que celles relevant de ces nouvelles mobilités. «Free2Move Car sharing», le service d'auto-partage du groupe, ou encore «Free2Move Smart Services», qui regroupe l'ensemble des services connectés de PSA, en font notamment partie. 

Le potentiel de l'autopartage pour les constructeurs automobiles en recherche de nouveaux débouchés est évident. En début d'année, une étude du ministère de l'Economie consacrée à ce sujet montrait pourtant que l'investissement nécessaire au développement d'un service d'autopartage était tel que les constructeurs préféraient allouer leurs ressources à d'autres projets, à la rentabilité plus immédiate. 

Le smartphone, nouvelle clé de la mobilité

ouicarconnect-1Au croisement de ces nouveaux usages et des nouvelles technologies disponibles, de nouveaux services se développent. 

On retiendra par exemple le OuiCar Connect (en photo), un système permettant à un particulier de louer son véhicule à un autre particulier sans avoir à se déplacer, présenté à l'occasion du Mondial.

Le principe est simple: le propriétaire du véhicule installe un boîtier OuiCar Connect dans sa voiture, et télécharge l'application mobile associée. Toute la transaction se fait ainsi par l'application mobile, de la réservation du véhicule à son ouverture, puis à sa restitution. Le boîtier, qui fonctionne sans réseau (et donc en mesure d'être actif partout, y compris dans un parking) permet au propriétaire de géolocaliser son véhicule, d'en bloquer le démarrage, de faire un état des lieux du véhicule à distance, et de relever les kilomètres parcourus avec le véhicule.  

L'équipementier automobile Valeo annonçait récemment s'associer à Gemalto pour sécuriser son système de clé virtuelle, InBlue. Présenté à l'occasion du Mondial de l'Auto il y a 2 ans, InBlue permet aussi aux conducteurs de déverouiller et de démarrer leur voiture grâce à leur smartphone (ou à leur montre connectée), grâce à la technologie Bluetooth Smart. 

 

[tabs] [tab title= « Avis d’expert: Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences Po »]

pascaledlimaLe digital est en effet la priorité numéro un à long terme pour PSA et pour Renault. Cela signifie qu’il est le point de départ à partir duquel tout le reste découle (structures, stratégies et performances). L'enjeu du big data passe ainsi avant celui des nouveaux systèmes électriques et des véhicules hybrides.

Ces priorités stratégiques ont vocation à permettre de développer la présence des constructeurs sur les marchés émergents, même si ces derniers connaissent une crise temporaire. On continuera pour PSA la tendance entamée depuis 2013.

Les entreprises technologiques concurrencent aujourd'hui les constructeurs classiques, comme PSA ou Renault. Exactement comme dans le secteur bancaire, qui donne le rythme des innovations, et notamment en matière de gestion de la relation client. Les constructeurs doivent oublier un peu la logique produit pour s’orienter vers une logique client exclusivement. A terme, ils pourraient peu à peu devenir sous-traitants de Google ou d'Apple.  

Il faut donc développer tous les services de CRM et mieux comprendre le client grâce à l’intelligence artificielle qui permet de développer les véhicules embarqués en ajoutant les objets connectés pour comprendre encore davantage le client (comme la stratégie de Dunlopilo, avec des objets embarqués de seconde génération), ainsi que le développement des robots intelligents pour la construction des véhicules.

[/tab] [/tabs]

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This