ActualitéMarketing & CommunicationRetail & eCommerce

[Nouveau] La start-up française Flayr lève 5 millions d’euros pour imposer son modèle de discovery shopping

Flayr est une plateforme « made in France » spécialisée dans la recommandation personnalisée.

« Notre ambition est simple : que chaque site e-commerce, chaque marque, qu’elle soit grande ou petite, ait son propre espace sur Flayr pour interagir avec leur propre communauté dans un espace premium » ajoute Olivier Cotinat, Président et fondateur de Flayr. Demain, c’est un relais « Web to store » que Flayr pourra leur offrir ». Voilà l’ambition de cette start-up qui se lance aujourd’hui, et lève 5 millions d’euros, principalement auprès de fonds privés: Candel and Partners, Merifin Capital et C3P Capital (réseau Petit Poucet). C’est son premier tour de financement aujourd’hui.

La start-up développe une plateforme de recommandation personnalisée (discovery shopping), et propose aussi des « deals » et promotions sur les produits. Le positionnement de la start-up se base sur trois niveaux: la découverte visuelle en mettant en scène les produits, le social et ses fontionnlités de partage, et enfin la recommandation pour suivre les actualités d’une marque,  par exemple en cas de nouveautés de collection.

Derrière Flayr, se cache en fait Bazando, une version beta que l’équipe française – composée d’Olivier Cotinat, Nicolas Baudran et Jérôme Pellegrin- a testé pendant deux ans, notamment aux Etats-Unis depuis début 2010.

Aujourd’hui c’est sous la marque FLAYR que la plateforme se lance officiellement en version publique, en Europe et aux USA. Flayr, forte de ce test et des nombreuses itérations sur la plateforme, revendique aujourd’hui 7500 marques-partenaires en Europe et aux USA, près de 100 millions de produits, et 20 000 deals par jour.

International et mobile

La start-up vise deux marchés-clés en Europe: La France et l’Allemagne. Elle compte affilier un maximum de marques pour honorer son modèle de revenus : l’affiliation, un modèle qui exclut le paiement intégré, Flayr redirige le trafic vers la boutique en ligne.

« Le site web est notre plateforme de lancement, mais le mobile est au coeur du développement. Nos développeurs travaillent en ce moment au lancement d’une une application dédiée ( iPhone et iPad) qui est prévu d’ici 2 mois » précise Philippe Huysmans, Directeur Général de Flayr, ancien Directeur Europe Mobile-Local Commerce de Microsoft.

FLAYR emploie par ailleurs une vingtaine de personnes réparties entre ses bureaux en France et à l’international. Elle prévoit un plan d’embauche d’une cinquantaine de personnes tout pays confondus, dont 80% en France.

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

3 commentaires

  1. Un site qui a 63 fans facebook et 5 abonnés twitter qui lève 5 millions d’euros !!?? C’est Disneyland !!

  2. Sans se prononcer sur la levée de fonds, je trouve intéressant de voir que ce concept né à côté des sites de e-commerce, marketplaces, comparateurs, alors qu’il s’agit pour moi d’une évolution naturelle. Les acteurs historiques n’ont pas senti venir cette évolution ?

[Nouveau] La start-up française Flayr lève 5 millions d’euros pour imposer son modèle de discovery shopping
Airbnb double ses pertes, mauvais indicateur avant l’IPO de 2020?
Les offres d’emploi de la semaine
Libra: le G7 exige un cadre juridique
Veepee s’offre la startup Scalia pour unifier ses données produits
[Webinar] E-commerce: les bonnes pratiques pour réussir son Black Friday
Pour faire face à Netflix, Apple explose son budget de production de contenus
Copy link