Actualité

[Nouveau] Universign, pour signer un contrat à plusieurs en ligne

Devis, contrats de locations, partenariats, ou encore accords de confidentialité… Obtenir la signature de plusieurs parties pour la validation d’un contrat est souvent synonyme de parcours du combattant… La plateforme Universign, dont la V4 a récemment été lancée, vise à mettre fin à ces interminables aller-retour. Réelle alternative à la signature manuscrite, Universign permet, en effet, de ne pas imprimer chaque document, en invitant les signataires à déposer leur paraphe directement par mail.



Dédiée aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises et éditée par la société Cryptolog, la plateforme offre la possibilité aux internautes de faire signer électroniquement tous types de documents à leurs correspondants. De leur côté les professionnels peuvent également ajouter en quelques clics un bouton « Signer » sur leur site internet, à l’image d’un simple bouton Facebook.

Le fonctionnement d’Universign est simple. Il suffit, dans un premier temps, de charger le document sur la plateforme en format PDF, de saisir les signataires, d’indiquer sur le document où les parties doivent apposer une signature visuelle et d’envoyer le tout. L’utilisateur reçoit ensuite le contrat signé dans sa messagerie dès que tous ses interlocuteurs l’ont signé.

À l’ouverture d’un compte, chaque internaute reçoit 10 signatures gratuites, plusieurs formules payantes sont ensuite proposées, allant tout de même de 49 € pour 25 signatures à 5290 € pour 3000 signatures.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Nouveau] Universign, pour signer un contrat à plusieurs en ligne
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés