BusinessLaurence FaguerLes ExpertsRetail & eCommerce

[NRF 2019] 3 entreprises RetailTech américaines à découvrir

Par Laurence Faguer, experte retail FrenchWeb

Présent à New York pour la conférence NRF ? Parmi les plus de 700 exposants, voici 3 entreprises RetailTech à rencontrer, dans 3 domaines de pointe : Vidéo Commerce, Visual Search et Data Science en soutien des décisions produits. Leurs solutions sont tournées ROI, elles ont fait leurs preuves aux États-Unis et sont facilement transposables en France. Trois sujets à adresser rapidement. Le consommateur nous attend au tournant. Si ce n’est pas nous, notre concurrent n’est jamais loin.

 

Vidéo Commerce

Qui ? TV PagePlateforme de Vidéo Commerce (plus un référencement des vidéos hors pair )

 Pourquoi s’y intéresser ? 

  • La vidéo en passe de détrôner le texte ? Selon une étude réalisée par TVPage, plus de 30% des résultats de recherche sur Google sont sous forme de vidéo. Google en est bien conscient et augmente considérablement le volume de recherches de vidéo.
  • S’affranchir de Youtube – 90% des résultats de recherche de vidéos mènent sur Youtube.com. Pourquoi laisser ce trafic aller sur Youtube, alors que votre site Web devrait être la destination principale pour engager vos clients demandeurs de contenus sur vos produits ?

Supériorité de la technologie :

Au-delà d’être shoppable, toutes les vidéos servies par la plateforme de TV Page sont à tout moment optimisées pour un référencement vidéo optimale. Chaque page vidéo publiée au travers de la plateforme est doté de multiples composants qui sont testées pour être en conformité avec les best practices vidéo de Google.

Ainsi chaque vidéo publiée devient automatiquement un résultat de recherche vidéo dans Google, maximisant les chances que chaque vidéo de produit soit dans les premiers résultats de recherche renvoyés.

Clients : plus de 50 clients parmi lesquels Macy’s, HSN, Reebook, Staples…

A savoir : TV Page propose aussi un programme d’influenceurs vidéo pour les salariés d’une enseigneAprès avoir testé la plateforme,  Macy’s l’a généralisé au printemps dernier pour tout son personnel. Aujourd’hui, 400 employés de Macy’s l’utilisent sur les réseaux sociaux, y compris Snapchat et Instagram.

TV Page

Contact :  Ami Perry, Sales Director (aperry@tvpage.com)

La recherche visuelle pour le retail

Qui ? Slyce, premier fournisseur mondial de technologie de recherche visuelle pour le Retail.

Objectif : Proposer aux retailers une solution clé en main de recherche visuelle (être le Shazam du retail) redirigeant les utilisateurs vers leurs catalogues (et non Amazon…).

Pourquoi s’y intéresser ? L’image – et la voix – pourraient bien vite remplacer la barre de recherche. En matière d’image, un reflexe simple et rapide s’installe chez les consommateurs : prendre en photo un produit dans la vie réelle et le retrouver – ou retrouver son équivalent – dans le catalogue d’une enseigne.

A condition que l’enseigne lui propose ce service ! Amazon, Google, Alibaba, et Pinterest investissent fortement dans cette technologie. (30 % du total des recherches faites aux US sur Google est une recherche via l’image).Si les enseignes n’intègrent pas rapidement la recherche visuelle sur leur appli ou leur site mobile, le risque est grand que l’appli Amazon devienne «  l’appli par défaut » de la recherche visuelle.

Clients : 50 clients parmi lesquels Neiman Marcus, Macy’s, Abercrombie et Tommy Hilfiger, ou encore The Home Depot, et Best Buy,

Supériorité de la technologie :

  • Slyce construit ses propres classificateurs et ses propres données d’apprentissage. (Slyce ne se base pas sur des données open source).
  • Un taux d’exactitude de 95%, permis par des ‘Human in the loop’. Si le résultat de recherche n’est pas satisfaisant, une personne prend la main, corrige et restitue un résultat parfait. Ceci 24h sur 24.

A savoir : Les clients de Slyce s’approprient la recherche visuelle à leurs propres cas :

  • Home Depot : Outil pour les vendeurs magasin – Chez Home Depot, 75 % des photos sont prises par ses employés : vendeurs en rayons, ou à la caisse lorsqu’il n’y a pas de code-barres sur le produit.
  • Jet.com (Walmart ) : Constitution de listes de courses – A domicile, le client se constitue sa liste de course en prenant en photo les produits à recommander
  • Bed Bath and Beyond : Création de listes de mariage – Les futurs jeunes mariés se créent leur liste de mariage en faisant le tour du magasin et en prenant des photos de produits
  • American Eagle Outfitter : Complete the Look – Le client prend en photo un vêtement via l’appli AEO, obtient des résultats et, en cliquant sur « Build Me An Outfit », obtient un « look » complet avec des vêtements et accessoires qui complètent le vêtement et peuvent être personnalisés en fonction de son profil CRM.AEO a lancé ce service sur Facebook Messenger l’automne dernier.

Slyce

Contact : Both #444

Raccourcir les délais de fabrication, repérer les produits «Best» éliminer les produits «flops»

Qui ? : First Insight, plateforme d’aide à la décision : « Quels produits faire fabriquer, à quel prix, pour quels clients ?»

Constat : Il y a contradiction entre le désir d’instant gratificationdu client et les délais de fabrication. Ceux-ci ne sont plus adaptés au monde d’aujourd’hui. Peu importe les raisons internes – trop de personnes impliquées dans le processus de création, trop d’organisations en silos occasionnant du travail en doublon – le résultat est là : une collection va se construire avec des data anciennes de 6 à 12 mois, en espérant que les clients l’aimeront. Or c’est souvent déjà dépassé.

Objectif de First Insight  : stoper la spirale des promotions et désostokage qui affecte grandement la marge, en sélectionnant en amont les bons produits à fabriquer

Pourquoi s’y intéresser ?

First Insight fait entrer la “voix du client” d’une manière structurée dans la prise de décision de fabriquer tel ou tel produit, en pointant les produits qui feront des Best, et en éliminant ceux qui s’avèreront des Flop. Elle aide aussi à fixer le bon prix, en interrogeant les clients sur le prix qui leur parait juste, et les bonnes quantités à fabriquer.

 Supériorité de la technologie

11 ans d’expérience d’analyse prédictive appliquée à tous les secteurs dans 30 pays.

La capacité à s’adresser à des cibles  (“Voice of customer”) difficiles à atteindre par email en utilisant les réseaux sociaux (Facebook, instagram…)

A savoir : Les profesionnels des départements Style et Achats, loin de craindre l’outil, le prennent comme un jeu, l’objectif étant de faire augmenter tous ensemble le nombre de best sellers sur le portant.

Aujourd’hui chez Rue21 qui s’est équippé de First Insight , à chaque fois qu’un des acheteurs obtient pour un de ses produits un score de 10, c’est la fête dans l’open space. Did you see my 10? Did you see my 10?!

Clients : First Insight travaille avec 100+ enseignes et marques dans 30 pays, de secteurs très divers – vêtements, chaussures et accessoires, mais aussi produits de beauté, meuble déco et alimentaire.

Contact : Both #3973

La correspondante

Laurence Faguer est une marketeuse et entrepreneuse «go-between» France et États-Unis, fondatrice de Customer Insight.

A la demande d’entreprises françaises, elle repère en personne les innovations en digital, mobile et retail aux États-Unis, avant qu’elles ne soient connues en France, puis les aide à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve sur le marché américain.

Laurence est experte US pour FrenchWeb qui reprend de temps à autre des articles de son blog.

Tags

Les Experts

Les Experts sont des contributeurs indépendants de FrenchWeb.fr.
[NRF 2019] 3 entreprises RetailTech américaines à découvrir
Wefox
AssurTech: Wefox lève 110 millions de dollars supplémentaires pour sa série B
CDiscount, Allociné et Vanity Fair accusés d’ignorer le refus des cookies
La startup Outsight lève 20 millions de dollars pour sa caméra 3D dédiée aux véhicules autonomes
E-santé: comment Sunrise favorise une médecine du sommeil individualisée et préventive
Le Français GFI Informatique renforce sa présence internationale avec l’acquisition d’une société espagnole
Le pari perdant de la collapsologie
Copy link