A la uneAsieBusinessEuropeFW BusinessTransportTV

Ofo veut faire rouler ses vélos en libre-service dans les villes du monde entier

«Nous représentons la nouvelle génération de partage de vélos.» D’emblée, Laurent Kennel, General Manager France d’Ofo, plante le décor. Et pour cause, la société chinoise développe un service de partage de vélos en «free-floating». Autrement dit, il n’y a plus de station de départ ou d’arrivée. Le cycliste utilise simplement une application mobile pour géolocaliser en temps réel le vélo le plus proche de lui et le déverrouiller. De cette manière, l’utilisateur dispose d’une plus grande liberté lors de ses déplacements. Une fois la course effectuée, il peut laisser le vélo à l’endroit de son choix, tout en respectant des règles de civisme pour ne pas gêner la circulation des voitures et des piétons.

Fondée en 2014 par Xue Dong, Zhang Siding et Dai Wei, Ofo opère désormais dans 180 villes réparties dans 15 pays (Chine, Singapour, États-Unis, Royaume-Uni…). La société revendique 10 millions de vélos en circulation. La licorne chinoise précise également qu’elle a permis de générer plus de 4 milliards de trajets en vélo depuis son lancement. Selon l’entreprise, plus de 200 millions d’utilisateurs bénéficient de son service à travers le monde.

100 millions d’utilisateurs dans 15 pays,
lancement en France en 2018

La start-up chinoise se distingue des services de partage de vélos publics lancés par de nombreuses municipalités à travers le monde, à l’image du Vélib’ à Paris. Et pour cause, les utilisateurs d’Ofo peuvent prendre et déposer un vélo de la société n’importe où dans la ville. Pour cela, les utilisateurs du service de partage ont seulement besoin de l’application mobile pour localiser les vélos qui ont été laissés à proximité. Pour déverrouiller le vélo, l’utilisateur doit simplement envoyer sur l’application le code indiqué sur le vélo pour recevoir le code lui permettant de débloquer l’antivol.

En juillet dernier, Ofo a bouclé un tour de table de 700 millions de dollars pour accélérer son expansion à l’international, notamment en Europe, et ainsi rester dans la roue de son rival chinois Mobike, qui revendique 100 millions d’utilisateurs et 20 millions de trajets chaque jour. Cela s’est traduit par le lancement du service cette année à Londres, Milan, Vienne ou encore Prague. La pépite chinoise prévoit de se lancer dans l’Hexagone en 2018, où Gobee.bike opère déjà depuis plusieurs semaines.  «La France est un marché important pour nous. Nous discutons avec les collectivités pour s’insérer de manière durable et responsable dans les villes», explique Laurent Kennel. D’ici la fin de l’année, Ofo se fixe pour objectif de couvrir 200 villes dans 20 pays.

Ofo : les données clés

Fondateurs : Xue Dong, Zhang Siding et Dai Wei
Création : 2014
Siège social : Pékin
Activité : service de partage de vélos
Financement : 700 millions de dollars en juillet 2017

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This