ActualitéBusinessInvestissementsL'accélérateurLondresStart Me UpStartup

Olivier Brisac (Co.Builders): «Une présence à Londres est une évidence pour nos start-up»

Après Paris, puis Bruxelles 5 mois plus tard, l'accélérateur de start-up Co.Builders ouvre deux nouveaux espaces à l'étranger: Londres et Amsterdam. Co-fondé avec l'agence de conseil Wemanity, Co.Builders est lancé en novembre 2015 lors du Web Summit. 

L'objectif avec ces deux nouveaux espaces reste identique: conseiller les entrepreneurs et leur permettre de faire grandir rapidement leurs start-up. L'accélérateur leur propose un accompagnement personnalisé pendant leur croissance.

Olivier Brisac revient sur ce qui a poussé Co.Builders à s'étendre à l'étranger et ce qui différencie cet accélérateur des 227 autres présents en France.

 

Frenchweb: Quel est l'objectif de co-builders avec son développement à Londres et Amsterdam?

Olivier Brisac, directeur associé de Co.Builders: L'objectif de ce déploiement à Londres et Amsterdam est double: d'un côté, nous allons permettre à nos start-ups accélérées de poursuivre plus facilement leur développement à l'international et, de l'autre, nous allons développer notre propre activité en accompagnant de nouvelles start-up dans notre accélérateur.

Une présence à Londres est une évidence pour nos start-up, c'est souvent la première étape d'un développement international, au Royaume-Uni, bien entendu, mais bien au delà: aux Etats-Unis, en Asie, etc. Quant à Amsterdam, c'est une capitale très active avec une population très connectée et ouverte aux nouvelles technologies et qui permet de tester rapidement des concepts.

Cette présence internationale est un vrai atout pour les start-up que nous accélérons: elles disposent immédiatement d'une adresse locale, d'un bureau et pourront bénéficier de l'écosystème que nous développons sur place.

Comment va se dérouler l'accompagnement des start-up?

Nous sommes réellement dans une approche sur mesure. C'est à nous de nous adopter à chacune des start-up et non l'inverse! Il n'y a pas chez nous de notion de «saison» d'une durée identique pour tous le monde. Les start-up ne sont pas des petits pois! Toutes n'ont pas la même maturité, leurs dirigeants n'ont pas les mêmes expériences, leurs besoins ne sont pas les mêmes, etc. alors pourquoi leur proposer un accompagnement homogène?

L'accompagnement se déroule donc selon les besoins de chacun. Nous fixons au départ ce que pourrait être notre contribution et les start-up décident ce qu'elles vont venir chercher, à leur rythme.

Qu'apportez-vous aux start-up qui sont incubées chez vous?

Notre accompagnement comporte tout d'abord l'hébergement à Paris, Bruxelles, Londres et Amsterdam. Ensuite, nous leur apportons tout le soutien administratif de base dont les start-up ont besoin (compta, juridique, fiscal, etc.). Les entrepreneurs doivent pouvoir se focaliser sur leur coeur de métier. Nous leur apportons aussi un soutien commercial en leur ouvrant les portes d'un grand nombre d'entreprises avec lesquelles nous avons des relations. Nous leur apportons un coaching à la demande, basé sur une méthodologie que nous avons créé en interne. Enfin, nous leur apportons un ensemble de compétences que nous avons réunies autour de nous et qui sont mises à leur disposition (entrepreneurs, experts UX, growth hackers, architectes IT, développeurs, spécialistes IoT, AI, Cloud, BigData, etc.).

Quelle est votre différence par rapport aux nombreuses structures d’accompagnement et d'hébergement existantes?

Je pense que la principale différence, par rapport à la plupart des structures, c'est que Co.Builders a été créée par des entrepreneurs qui ont connu le parcours du combattant de la création d'entreprises et qui savent à peu près différencier ce qui est vraiment utile et ce qui est accessoire dans l'accompagnement des start-up.

L'autre grande différence, qui est un atout formidable, c'est que nous nous appuyons sur le groupe Wemanity, spécialiste de la transformation agile et digitale. C'est ainsi que nous avons la possibilité d'être présent dans ces quatre pays. C'est Wemanity qui nous permet aussi d'accélérer le développement commercial de nos start-up en ouvrant des portes dans les grandes entreprises. C'est enfin Wemanity qui nous permet de piocher dans son vivier de compétences pour répondre à tous les besoins de nos entrepreneurs. Pouvoir bénéficier pendant une journée d'un expert en intelligence artificielle, discuter de son infrastructure avec un expert du cloud, se faire challenger par un spécialiste des objets connectés, etc. et tout ça, dans le même lieu, c'est unique!

Enfin, nous avons décidé de nous spécialiser sur deux «verticaux»: les objets connectés et le digital. 

Quel est votre modèle financier?

C'est un point, là encore, très différent. Nous avons décidé de ne pas affaiblir la trésorerie de nos start-up par des frais de participation. Notre accélérateur est donc totalement gratuit. En revanche, nous prenons une part dans leur capital, d'environ 10%. Nos intérêts sont donc particulièrement bien alignés. Nous ne gagnons rien si la start-up ne se développe pas suffisamment. C'est un modèle difficile pour nous mais c'est un modèle entrepreneurial qui nous plaît!

Lire aussi:

Mon accélération dans la Valley #3: L’art du pitch en Amérique
Tech: le ticket moyen investi par des Business Angels en hausse de 27% au premier semestre
 

Myriam Roche

Chef de projet éditorial at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs
Olivier Brisac (Co.Builders): «Une présence à Londres est une évidence pour nos start-up»
SynLab, Weeby, CCMSA : focus sur les offres d’emploi du jour
Snapchat
Snap peut-il monétiser sa base d’utilisateurs croissante sans devenir invasif?
WeWork: SoftBank injecte 5 milliards de dollars et lance une OPA pour 3 milliards
La startup UntieNots lève 1,7 million d’euros pour sa solution de fidélisation client
[FW500] Lancée par eFounders, la startup Upflow veut mettre fin aux impayés des entreprises B2B
La startup Ibat se positionne sur la transformation digitale du BTP avec une levée de 2,4 millions d’euros
Copy link