A la uneLes émissionsStartup

Pascale Vicat-Blanc : «L’Inria m’a dit il y a du potentiel, pourquoi n’irais-tu pas monter ta start-up ?»

Le parcours de Pascale Vicat-Blanc est assez atypique. Elle est passée du poste de directrice de recherche en informatique à l’Inria de Lyon à CEO d’une entreprise tech, CloudWeaver, aux Etats-Unis. Cette Française est aujourd’hui directrice senior en charge de l’architecture Cloud de F5 Networks, qui a racheté Cloudweaver fin décembre 2014.

Elle fait partie de la soixantaine d’entrepreneurs français de la Tech qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs. Dans cette vidéo tournée à l’été 2014, elle raconte comment est né le projet Lyatiss (ensuite rebaptisé Cloudweaver), sa vision de la vie d’un(e) entrepreneur(euse)…

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement depuis mi-janvier et déjà été vu plus de 177 000 fois sur Dailymotion, dans ses versions VO et VOST. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs.

 

Voir aussi :

>> [We Love Entrepreneurs] Jacques-Antoine Granjon « Il y a un vrai génie français dans les entreprises »

>> [We Love Entrepreneurs] Quentin Vacher, Birchbox « On ne valorise pas la prise de risque en France »

Certains plans d’illustrations proviennent de la vidéo d’InriaChannel: Inria – Pascale Vicat-Blanc : Prix de l’innovation 2013

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pascale Vicat-Blanc : «L’Inria m’a dit il y a du potentiel, pourquoi n’irais-tu pas monter ta start-up ?»
Comment favoriser la créativité en entreprise?
Tourisme: comment adapter son offre aux télétravailleurs nomades?
Comment penser son commerce physique et en ligne avec le zéro déchet
Comment Respire s’appuie sur sa communauté pour co-créer ses produits
Comment Krys Group a refondu ses sites Internet pour s’adapter aux nouvelles attentes des clients dans l’optique
Pourquoi la génération Z est-elle adepte de la seconde main?