BusinessStartup

Pitcher une start-up c’est parfois vendre de l’air, mais avec conviction!

Si vous avez passé des nuits complètes à retoucher vos slides avant une présentation vous apprécierez cette leçon de pitch donnée récemment par une jeune américaine au nom prédestiné pour lever des fonds: Rachel Sequoia !
Non seulement elle ne manque pas d’air mais en plus, elle veut nous le vendre…

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

4 thoughts on “Pitcher une start-up c’est parfois vendre de l’air, mais avec conviction!”

  1. Moi je voudrais de l’air de fukushima, vintage 2011… Y’a plein d’énergie dedans… maintenant, je ne sais pas trop si ça sera bon pour ma santé :) J’avais déjà réservé du Tchernobyl ’86.. exquis !

    Blaque mis à part – Je suis sûr qu’elle va lever des sous pour ça étant donné le contexte actuel… ou juste pour le délire.

  2. L’unique but ne serait-il pas de se moquer de la situation actuelle, des business angels et autres venture capitalists qui ont recréé une bulle encore plus absurde que celle du début des années 2000 ?

    J’ai envie de croire à cette version, plutôt que de regarder cette présentation au premier (ou même juste second) degré.

    Nous vivons dans un monde où on serait prêt à donner de l’argent à une gamine qui veut monter un business dont le but serait de nous vendre de l’air.

    Bon week-end !

  3. Il y a des petits malins qui ont gagné beaucoup d’argent en vendant des morceaux du mur de Berlin.
    C’est la même chose ici ;-)
    En fait, cette femme ne vend pas des flacons avec de l’air dedans, mais du rêve et du fun.
    Et je pense qu’il y a beaucoup de gens sur cette terre qui cherchent à en acheter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Close
Share This