ActualitéBusinessHealthcareManagement

Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer

Créés dans la Silicon Valley «pour ramener l’humain dans le monde de la tech», les Chief Happiness Officer n’existaient pas il y a 20 ans. En ce qui concerne la France, les premiers CHO sont apparus il y a deux ans. Aujourd’hui, selon l’agence du bonheur Kikai Mining, il y en aurait 1 000 dans le monde.

Etre CHO est une «vocation»

Le CHO est une personne qui travaille aux côtés des RH et de la direction d’une entreprise. Elle travaille notamment sur les valeurs de l’entreprise, s’assure qu’elles soient bien respectées et s’inquiète du bien-être de tous les salariés. Le métier de CHO est avant tout «une vocation» pour toutes les personnes qui apprécient travailler avec l’humain, comme le précise Arnaud Collery, président de Kikai Mining. Aujourd’hui, l’intégralité des entreprises auraient besoin d’un profil comme celui-ci, sauf les start-up de moins de 3 ans bien trop jeunes et trop petites.

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer
Comment Quibi veut devenir l’alternative principale à Netflix sur mobile
HR Tech : la fusion de Kronos et Ultimate Software fait naître un nouveau géant sur le marché
Startups françaises: l’argent investi par les fonds ne donne toujours pas de sorties significatives
Google
Rachat de Fitbit par Google: le régulateur européen s’inquiète pour les données personnelles
[DECODE FoodTech] Deliveroo Editions: quel est l’impact des «dark kitchens» sur la restauration ?
[DECODE] Ce que dit la tribune de Mark Zuckerberg sur la stratégie adoptée par Facebook
Copy link