ActualitéBusinessHealthcareManagement

Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer

Créés dans la Silicon Valley «pour ramener l’humain dans le monde de la tech», les Chief Happiness Officer n’existaient pas il y a 20 ans. En ce qui concerne la France, les premiers CHO sont apparus il y a deux ans. Aujourd’hui, selon l’agence du bonheur Kikai Mining, il y en aurait 1 000 dans le monde.

Etre CHO est une «vocation»

Le CHO est une personne qui travaille aux côtés des RH et de la direction d’une entreprise. Elle travaille notamment sur les valeurs de l’entreprise, s’assure qu’elles soient bien respectées et s’inquiète du bien-être de tous les salariés. Le métier de CHO est avant tout «une vocation» pour toutes les personnes qui apprécient travailler avec l’humain, comme le précise Arnaud Collery, président de Kikai Mining. Aujourd’hui, l’intégralité des entreprises auraient besoin d’un profil comme celui-ci, sauf les start-up de moins de 3 ans bien trop jeunes et trop petites.

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer
« Les entreprises les plus intéressantes ont été créées en période de crise »
Coronavirus: Israël mise sur la technologie pour endiguer l’épidémie
[DECODE] Un quart du portefeuille des fonds impacté positivement par la crise du coronavirus
Qarnot lève 6 millions d’euros pour exploiter la chaleur émise par les ordinateurs
Coronavirus: Thales met en garde contre une augmentation des cyberattaques d’origine étatique
[DECODE Health] La borne désinfectante d’EverCleanHand est victime de son succès
Copy link