ActualitéBusinessHealthcareManagement

Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer

Créés dans la Silicon Valley «pour ramener l’humain dans le monde de la tech», les Chief Happiness Officer n’existaient pas il y a 20 ans. En ce qui concerne la France, les premiers CHO sont apparus il y a deux ans. Aujourd’hui, selon l’agence du bonheur Kikai Mining, il y en aurait 1 000 dans le monde.

Etre CHO est une «vocation»

Le CHO est une personne qui travaille aux côtés des RH et de la direction d’une entreprise. Elle travaille notamment sur les valeurs de l’entreprise, s’assure qu’elles soient bien respectées et s’inquiète du bien-être de tous les salariés. Le métier de CHO est avant tout «une vocation» pour toutes les personnes qui apprécient travailler avec l’humain, comme le précise Arnaud Collery, président de Kikai Mining. Aujourd’hui, l’intégralité des entreprises auraient besoin d’un profil comme celui-ci, sauf les start-up de moins de 3 ans bien trop jeunes et trop petites.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi milliard de dollars
Comment les entreprises peuvent-elles appliquer la recette qui a fait le succès des GAFA ?
Empowerment des collaborateurs: pourquoi les résultats ne sont-ils pas à la hauteur des espérances?
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?