ActualitéBusinessHealthcareManagement

Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer

Créés dans la Silicon Valley «pour ramener l’humain dans le monde de la tech», les Chief Happiness Officer n’existaient pas il y a 20 ans. En ce qui concerne la France, les premiers CHO sont apparus il y a deux ans. Aujourd’hui, selon l’agence du bonheur Kikai Mining, il y en aurait 1 000 dans le monde.

Etre CHO est une «vocation»

Le CHO est une personne qui travaille aux côtés des RH et de la direction d’une entreprise. Elle travaille notamment sur les valeurs de l’entreprise, s’assure qu’elles soient bien respectées et s’inquiète du bien-être de tous les salariés. Le métier de CHO est avant tout «une vocation» pour toutes les personnes qui apprécient travailler avec l’humain, comme le précise Arnaud Collery, président de Kikai Mining. Aujourd’hui, l’intégralité des entreprises auraient besoin d’un profil comme celui-ci, sauf les start-up de moins de 3 ans bien trop jeunes et trop petites.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pour Kikai Mining, toutes les entreprises ont besoin d’un Chief Happiness Officer
Voitures électriques: cette startup veut révolutionner le secteur avec sa batterie rechargeable en 5 minutes
Blockchain: Jack Dorsey met son premier tweet aux enchères sous forme de NFT
Pour son entrée en Bourse, Deliveroo reversera 18,6 millions d’euros à ses livreurs
Retail : où en sont la France et l’Europe face à la puissance d’Amazon?
Google va répercuter la taxe Gafa sur les tarifs de ses publicités en France et en Espagne
Covid-19: comment la crise a boosté les applications pour rester en contact avec les seniors