A la uneActualité Start Me UpAsieEuropeS'implanter en régionStart Me Up

Pour Marc-Arthur Gauthey, StartUp Assembly c’est fini, France Digitale reprend la croisade dans les régions

Marc-Arthur Gauthey, le cofondateur de Startup Assembly et de OuiShare, les journées du patrimoine version start-up ouvertes au grand public, tire sa révérence. Quatre ans après la création de ce festival relié au réseau de la French Tech, c'est l'association France Digitale qui va reprendre la marque dans le cadre d'un «leg», sans échange financier. En 2015, l'édition avait mobilisé 1000 entrepreneurs partout en France.

L'occasion de faire avec l'entrepreneur et organisateur, un bilan de l'événementiel du secteur en France. A l'heure où les événements foisonnent à Paris, auprès des insitutionnels et dans la société civile, quelles sont les retombées réelles ? Ces raoûts sont-ils toujours à l'avantage des jeunes sociétés en création? «L'événementiel start-up devient de plus en plus difficile de les financer», concède le cofondateur de StartUp Assembly.

La prochaine édition aura lieu en novembre prochain; quatre jours pendant lesquels les entreprises de la tech ouvriront leurs portes. De son côté, Marc Arthur Gauthey part vivre en Amérique latine pour y implanter le festival OuiShare de l'économie collaborative. De fait, le continent «l'intéresse plus que la Silicon Valley» sur la scène tech mondiale. 

VOIR: L'interview de Marc-Arthur Gauthey, cofondateur de Startup Assembly

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pour Marc-Arthur Gauthey, StartUp Assembly c’est fini, France Digitale reprend la croisade dans les régions
Moment devient Dimpl et lève 4 millions d’euros auprès d’Elaia, Idinvest et Bpifrance
Prêt-à-porter: d’Auchan à Kiabi, des géants à l’assaut du marché de l’occasion
Comment Vinted a bâti son attractivité
FinTech : Joko lève 10 millions d’euros auprès de Partech et Axeleo
FinTech : Lydia s’allie avec Tink, spécialiste suédois de l’open banking
Marketing : pourquoi Sendinblue mise sur l’Amérique du Nord