A la uneActualitéArts et CulturesAsieChineDistributionMediaTech

Pourquoi Alibaba n’a pas vraiment de raisons de s’inquiéter

La route pour devenir «un Microsoft ou un WalMart», comme le rêvait le fondateur historique Jack Ma, deviendrait-elle plus longue que prévue? Le géant de l’e-commerce a accusé de lourdes pertes en Bourse, de 14 milliards de dollars sur sa capitalisation cet été. Moins d’un an après son IPO en septembre 2014, l’action a atteint son plus bas niveau, à seulement 3 dollars au-dessus de son niveau d’introduction. En cause, des résultats décevants. Le Chinois a enregistré sa plus faible croissance (+28%) sur son chiffre d’affaires au second semestre 2015, à 3,27 milliards d’euros. La croissance reste significative, mais elle est plus faible qu’attendue.

Résultat, l’inquiétude monte auprès des investisseurs et de ses actionnaires (Yahoo, Softbank) dans un contexte particulièrement volatile sur le marché chinois. Alibaba ne les avait habitués jusqu’ici qu’à connaître d’autres sortes de records : une première levée en Bourse d’anthologie (21,8 milliards dès la première journée), un record de ventes en ligne à 9,3 milliards de dollars en une journée pour la Saint-Valentin chinoise en 2014, des investissements colossaux dans de nouvelles industries

D’où viennent les doutes et ce ralentissement? Le chiffre d’affaires attendu sur le semestre était de 3,39 milliards, avec une hausse escomptée de 33%. En cause, la fermeture de son activité de loterie début 2015, le transfert de son activité de crédits aux petites entreprises à l’entité Ant Financial. Depuis plusieurs mois, Alibaba doit aussi composer avec les autorités chinoises qui l’ont épinglé sur des affaires de contrefaçon et de tarification discount abusives sur ses produits.

Des croissances exponentielles

Alibaba n’a pourtant aucune raisons sérieuses de s’inquiéter. Le groupe peut compter sur ses ventes en Chine, son marché le plus dynamique, pour porter sa croissance. Les ventes y ont progressé de 34% à 109 milliards de dollars entre 2014 et 2015, a présenté le groupe cet été. Difficile aussi de douter au vue de l’explosion de l’achat sur mobile en Chine, principalement, et dans le monde. Pour la première fois, les revenus des ventes sur mobile en Chine sont supérieurs à celles effectuées sur ordinateur. Leur croissance affiche +125% d’une année sur l’autre, à 60 milliards de dollars. Elles représentent 55% de son volume de ventes annuel.

Le Chinois peut aussi compter sur son activité cloud et sa filiale Aliyun, au travers de laquelle il veut conquérir l’international. Elle lui aura rapporté 78 millions de dollars, en hausse de 106% sur l’exercice annuel.

Enfin, Alibaba s’est positionné en amont de l’innovation de sur le e-commerce après avoir investi dans la logistique au travers de Cainiao. Avec son partenariat avec Suning Commerce Group Limited dont il a déjà pris 20%, le groupe pourra, à terme, assurer la livraison dans 1 600 villes chinoises.

Le géant continuera aussi de dépasser ses frontières et de s’implanter sur de nouveaux marchés. Il a concrétisé cette année un partenariat prometteur avec le géant de la distribution américain Macy’s.

Lire aussi : Face à Amazon et Microsoft, Alibaba veut devenir un géant du cloud

[tabs]

[tab title= « FOCUS : Retour sur la story Alibaba : »]

[/tab]

[/tabs]

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This