ActualitéBusiness

Pourquoi la société de capital risque Innovacom s’est séparée de France Télécom

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Dans un article daté du 20 avril dernier, le quotidien La Tribune revient sur la prise d’indépendance prise par Innovacom, filiale de capital-risque d’Orange, vis-à-vis de l’opérateur. Un changement d’actionnariat, opéré lors du lancement du nouveau fonds Technocom 2, dans lequel plusieurs investisseurs industriels, dont Alcatel-Lucent, Seb et Soitec, sont intervenus.

L’article indique, en effet, que les dirigeants d’Innovacom allaient reprendre 100% du capital de la société de capital risque de France Télécom, lancée il y a près de 24 ans. Une décision qui aurait été prise « en bonne intelligence » avec l’opérateur, qui participe d’ailleurs également au nouveau fonds Technocom 2, dédié aux entreprises innovantes et spécialisées dans les technologies numériques.

Selon La Tribune, cette émancipation s’expliquerait donc par la volonté d’Innovacom de séduire de nouveaux investisseurs industriels, plus actifs que les simples investisseurs financiers, et qui peuvent parfois se présenter comme des concurrents, directs ou non, de l’opérateur. Cité dans l’article, Denis Champenois, président d’Innovacom, explique : « En tant que société de gestion, il était important pour Innovacom de prendre son indépendance vis-à-vis de France Télécom, car les industriels se substituent progressivement aux investisseurs financiers, dans le financement du capital-risque ».

Débarrassée de l’étiquette « France Telecom », la société de capital risque pourra donc attirer plus facilement de nouveaux investisseurs. Denis Champenois précise, d’ailleurs, que d’autres industriels pourraient également rejoindre à court terme Alcatel-Lucent, Seb et Soitec dans le fonds Technocom 2, dont le closing définitif est prévu d’ici la fin du mois de juin.

Bouton retour en haut de la page