ActualitéBusinessTech

Reconnaissance faciale: sur liste noire américaine, le Chinois SenseTime fera son entrée en Bourse malgré la controverse

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Le Chinois SenseTime, dont l’entrée en Bourse avait été reportée après son inscription sur liste noire américaine, fera ses débuts sur la place de Hong Kong le 30 décembre, a indiqué lundi le spécialiste de l’intelligence artificielle. SenseTime conçoit des applications de reconnaissance faciale et d’image servant notamment à la surveillance des foules et à la vérification d’identité.    

L’entreprise a été placée au début du mois sur liste noire par le Trésor américain, qui l’accuse d’avoir mis au point une technologie permettant d’identifier spécifiquement des membres de l’ethnie ouïghoure en Chine. SenseTime, qui avait fustigé des « accusations infondées », avait dans la  foulée reporté son entrée en Bourse, prévue le 17 décembre. L’inscription sur liste noire rend pratiquement impossible l’achat de titres de sociétés y figurant par des banques ou des ressortissants américains. La start-up a finalement déposé lundi une nouvelle demande de cotation et  prévoit de faire ses débuts à Hong Kong le 30 décembre, a-t-elle indiqué. SenseTime compte lever 767 millions de dollars (682 millions d’euros).    

Surveillance policière

« En raison de la nature […] évolutive de la réglementation américaine, nous devons exclure les investisseurs américains » de cette levée de fonds, a précisé SenseTime. Selon l’agence d’information financière Bloomberg, le champion de l’intelligence artificielle a néanmoins sécurisé 512 millions de dollars (454 millions d’euros) auprès de neuf investisseurs, dont le fonds d’investissement  public chinois Mixed-Ownership Reform Fund. Le Trésor américain accuse SenseTime de pouvoir identifier grâce à sa  technologie les Ouïghours, y compris ceux qui portent « la barbe, des lunettes de soleil ou un masque« , afin de servir la surveillance policière au Xinjiang.    

Cette région du nord-ouest de la Chine, qui a longtemps été frappée par des  attentats attribués à des séparatistes ou des islamistes ouïghours, fait l’objet depuis plusieurs années d’une surveillance policière draconienne. Principalement musulmans, les Ouïghours constituent le principal groupe  ethnique du Xinjiang.     Des études occidentales, fondées sur des interprétations de documents officiels chinois, des témoignages de victimes présumées et des extrapolations  statistiques accusent les autorités chinoises de répression contre les  Ouïghours.    

Ces rapports reprochent à Pékin d’avoir arbitrairement interné dans des « camps » un million de personnes, d’avoir recours à des « stérilisations  forcées » et à du « travail forcé ». Les Etats-Unis accusent la Chine de  « génocide ». En 2019, Washington avait déjà placé SenseTime sur la liste noire du  ministère du Commerce, interdisant aux Américains de lui vendre des technologies.

Bouton retour en haut de la page

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media