ActualitéEuropeRetail & eCommerce

Reprise à la casse de Pixmania par Vente du diable.

Placé en procédure de sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Nanterre en octobre, Pixmania tombe entre les mains de Vente du diable dont l’offre de reprise a été validée par le tribunal de commerce de Nanterre vendredi 5 février. La société ne reprendra que 36 des 270 salariés de Pixmania à son siège et à Brétigny-sur-Orge. Seule l’activité marketplace intéresse le repreneur.

Créé en 2000 par Jean Emile et Steve Rosenblum, Pixmania avait été racheté par le groupe Dixon à hauteur de 75% du capitalen 2012. L’e-commerçant français a été repris par Mutares (qui possède également GrosBill), après de longs mois de tractations en 2013.

Le site employait, en 2008, environ 750 personnes en France, dont une centaine à la logistique. L’effectif culminait à 1 200 personnes en 2011 puis les magasins ont fermé en 2012 et au moins 150 emplois, ont été supprimés en 2013.

Entre 2013 et 2014, la société basée à Asnières-sur-Seine a vu son chiffre d’affaires en recul de plus de 40%, passant de 504 millions d’euros à 294 millions d’euros. En 2014, son résultat net affichait une perte de 43 millions d’euros.

Retrouvez l’interview de Jean Emile Rosenblum réalisée par FrenchWeb en 2013:


Jean-Emile Rosenblum, co-fondateur de The Kase…

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Reprise à la casse de Pixmania par Vente du diable.
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?