ActualitéEuropeRetail & eCommerce

Reprise à la casse de Pixmania par Vente du diable.

Placé en procédure de sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Nanterre en octobre, Pixmania tombe entre les mains de Vente du diable dont l’offre de reprise a été validée par le tribunal de commerce de Nanterre vendredi 5 février. La société ne reprendra que 36 des 270 salariés de Pixmania à son siège et à Brétigny-sur-Orge. Seule l’activité marketplace intéresse le repreneur.

Créé en 2000 par Jean Emile et Steve Rosenblum, Pixmania avait été racheté par le groupe Dixon à hauteur de 75% du capitalen 2012. L’e-commerçant français a été repris par Mutares (qui possède également GrosBill), après de longs mois de tractations en 2013.

Le site employait, en 2008, environ 750 personnes en France, dont une centaine à la logistique. L’effectif culminait à 1 200 personnes en 2011 puis les magasins ont fermé en 2012 et au moins 150 emplois, ont été supprimés en 2013.

Entre 2013 et 2014, la société basée à Asnières-sur-Seine a vu son chiffre d’affaires en recul de plus de 40%, passant de 504 millions d’euros à 294 millions d’euros. En 2014, son résultat net affichait une perte de 43 millions d’euros.

Retrouvez l’interview de Jean Emile Rosenblum réalisée par FrenchWeb en 2013:


Jean-Emile Rosenblum, co-fondateur de The Kase…

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Reprise à la casse de Pixmania par Vente du diable.
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link