ActualitéBusinessStartup

Secret Escapes, 111 millions de dollars pour ses offres discount d’hôtels haut de gamme

Le montant

Le site britannique de voyage haut de gamme Secret Escapes a bouclé un tour de table de 111 millions de dollars mené par Temasek, un des fonds souverains de Singapour. Le fonds français Idinvest Partners a également participé à l’opération. En juillet 2015, la société avait levé 60 millions de dollars auprès de Google Ventures et d’Octopus Ventures.

Le marché

Fondée en 2010 par Alex Saint, Tom Valentine, Andrew Bredon et Troy Collins, Secret Escapes propose des ventes flash pour réserver des chambres dans hôtels quatre ou cinq étoiles dans le monde entier. Pour accéder à ces offres, il faut obligatoirement être membre du site. Cependant, l’inscription est gratuite.

A ce jour, Secret Escapes revendique 47 millions de membres à travers le monde, dont 40% sont situés au Royaume-Uni, où est basée la société. Pour se renforcer sur son segment d’activité, l’entreprise a racheté l’Allemand JustBook et le Britannique MyCityVenue en 2014, ainsi que le Tchèque Slevomat cet été. Sur l’ensemble de l’année, le site britannique estime qu’il aura vendu 6 millions de nuitées.

Les objectifs de la Start-up 

Ce nouveau financement doit permettre à Secret Escapes d’accélérer son expansion internationale. L’entreprise souhaite notamment étendre sa base de membres hors du Royaume-Uni.

Secret Escapes : les données clés

Fondateurs : Alex Saint, Tom Valentine, Andrew Bredon et Troy Collins
Création : 2010
Siège social : Londres
Activité : site de voyage haut de gamme
Financement : 111 millions de dollars en octobre 2017

Bouton retour en haut de la page
Secret Escapes, 111 millions de dollars pour ses offres discount d’hôtels haut de gamme
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer