ActualitéMedia

[Spiil] Contraint par le Nouvel Obs, le pure player Rue89 rentre dans le rang

Le Spiil (Syndicat de la Presse Indépendante d’Information en Ligne) a annoncé ce matin la démission contrainte du site Rue89 de son organisation, dont il était pourtant membre fondateur.

rue-89-Spiil

Cette annonce fait suite à une lettre de Pierre Haski adressée aux membres du syndicat à la fin du mois de décembre. Le président de Rue89 explique dans celle-ci qu’ « à la demande de son actionnaire, qui a souhaité que Rue89 se mette en cohérence avec sa nouvelle situation au sein du groupe Nouvel Observateur, Rue89 se retire du Spiil à compter du 1er janvier 2013. »

D’après Pierre Haski, le Nouvel Obs, actionnaire à 100% du capital de Rue89 depuis janvier 2012, chercherait par cet acte à afficher une position homogène face à la problématique de la taxe Google. En effet, l’association de presse IPG, présidée par Nathalie Collin, coprésidente du directoire du groupe le Nouvel Observateur, a récemment transmis une proposition de projet de loi au gouvernement visant notamment à taxer Google.

Contacté par la rédaction, Pierre Haski explique : « il est difficile pour le groupe du Nouvel Obs de défendre une position alors qu’une de leur filiale adhère à une organisation qui y est opposée ». « Il s’agit d’une petite tempête dans un verre d’eau où Rue89 fait office de punching-ball » conclut-il.

Cette décision coup de poing intervient après la publication, le 18 octobre dernier, d’un manifeste du Spiil regroupant 10 propositions visant à établir « un nouvel écosystème de la presse numérique ». Le syndicat y dénonçait notamment la règle établie d’orienter l’essentiel des ressources vers le maintien de modèles anciens. L’une des recommandations phare résidait donc dans la suppression des aides directes actuelles à la presse au cours des 3 prochaines années.

Symbolique, « cette mesure de rétorsion, vise sans doute à affaiblir le jeune syndicat » estime le site Arrêt sur Images dans un article publié ce matin.

Quel que soit le motif, cette décision souligne ici la question de l’indépendance de Rue89 et pourrait susciter une certaine inquiétude auprès des internautes.

Pierre Haski affirme néanmoins que la démission de Rue89 du Spill n’affectera en rien la ligne éditoriale du pure player. « Les fondateurs de Rue89 se portent garants de l’indépendance éditoriale du site qui n’a connu aucune faille depuis un an », précise-t-il.

Le président du site d’information assure, par ailleurs, dans sa lettre que les fondateurs de Rue89 « restent fidèles aux valeurs qui lient entre eux les membres de cette communauté de journalistes et d’entrepreneurs, et continueront de s’en inspirer dans leur action future. »

Qu’il le veuille ou non, le pure player Rue89 se retrouve donc dans une position ambiguë qui le force à s’aligner sur la stratégie de la presse traditionnelle.

Cette nouvelle information s’ajoute donc à la possible disparition du site Owni, annoncée il y a quelques semaines. Difficile donc de positiver en ce début d’année alors que de nombreux sites d’information en ligne se retrouvent chahutés par des problématiques de modèle économique. « Le bouillonnement de la presse en ligne depuis 5 ans a toutefois permis de faire avancer les mentalités, y compris au sein des groupes traditionnels. Et, l’ensemble de ces acquis restera au-delà des entreprises elles-mêmes » estime Pierre Haski.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Spiil] Contraint par le Nouvel Obs, le pure player Rue89 rentre dans le rang
Innovation de rupture: le fonds pour l’innovation n’a rempli que 20% de ses objectifs l’an passé
En France, les levées de fonds en cryptoactifs se raréfient
[Webinar] Simplifier la gestion produit tout en respectant les contraintes légales
Health Tech : Hoppen acquiert Cineolia pour poursuivre la digitalisation des établissements de santé
Pourquoi la 5G enflamme tant les débats?
Beyoncé, nouvelle source d’inspiration pour les communicants?