ActualitéAmérique du nordFinTechLes levées de fonds

Square révise à la baisse ses ambitions pour son introduction en Bourse

Coup de froid sur les valorisations de la Silicon Valley ? Square, l’entreprise de paiement mobile a revu à la baisse mercredi soir le prix de son introduction en Bourse, rapporte Reuters. A 9 dollars, la société a fixé un prix par action inférieur à la fourchette initialement indiquée – entre 11 et 13 dollars – dans son document à la SEC (l’autorité américaine des marchés, ndlr).

Toujours déficitaire

Sachant que l’entreprise va émettre 27 millions d’actions, elle devrait donc lever avant sa cotation un peu plus de 240 millions de dollars, soit moins qu’escompté dans ses précédentes prévisions. A un tel niveau, sa valorisation devrait atteindre environ 2,9 milliards de dollars. Un niveau nettement inférieur à sa capitalisation de 6 milliards de dollars enregistrée lors de sa levée de fonds réalisée auprès d’investisseurs privés en octobre 2014.

Par ailleurs, cette baisse du prix d’introduction devrait même contraindre Square a verser des actions additionnelles d’une valeur de 93 millions de dollars, selon le Wall Street Journal. Un versement qui correspondrait à une «pénalité».

Fondée en 2009 par Jack Dorsey, également cofondateur et actuel PDG de Twitter, Square propose aux commerçants d’accepter des paiements par cartes bancaires par le biais d’un lecteur connecté à un smartphone. Une application leur permet également de gérer leur activité en arrière-plan. Malgré le succès rencontré depuis ses débuts, la start-up est toujours déficitaire (77,6 millions de dollars de perte au premier semestre) et est de plus en plus concurrencée par de nouveaux acteurs, comme le Suédois iZettle ou encore PayPal.

Coup de froid sur les valorisations des licornes

Square fait partie de club des «licornes», ces start-up qui, non cotée en Bourse, sont valorisées à plus d’un milliard de dollars. Et la révision à la baisse de son IPO survient alors qu’un coup de froid a touché plusieurs de ces entreprises. Ainsi, le cours de l’action de GoPro, le fabricant des populaires caméras grand-angle, a dévissé dans la journée de mercredi. Son prix est désormais inférieur à celui fixé lors de son introduction en Bourse.

Trois autres sociétés phares de la Silicon Valley sont également concernées. Le fonds de capital-risque Fidelity Investments a révisé à la baisse la valorisation des parts qu’il détient dans Snapchat, Dropbox et Zenefits, tous trois non cotées en Bourse.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This