ActualitéManagementServices

Stanford démocratise l’e-learning avec la plateforme NovoEd

La plateforme d’e-learning NovoEd a attiré plus de 80 000 étudiants de plus de 150 pays et est à l’origine de la création de plusieurs entreprises.

A l’université de Stanford, le professeur Saberi et le doctorant Ronaghi Farnaz ont mis en place un dispositif dédié à l’e-learning. Baptisée Lab Venture, cette initiative vise à optimiser les interactions lors des cours en ligne et plus précisément « à maintenir l’attention des élèves, leur intérêt et leur engagement tout au long de leur parcours », explique le site VentureBeat.

Ce travail a donné naissance à la plateforme d’e-learning NovoEd sur laquelle ont été déployés, dans un premier temps, des cours autour de « l’entrepreneuriat technologique ».

Résultat, plus de 80 000 étudiants répartis dans 150 pays ont assisté à ces cours en ligne. Près de 200 équipes ont été formées autour de différents projets. Les 20 meilleures équipes ont, elle, pu pitcher leur projet devant des investisseurs. A l’issu de ce processus, quelques entreprises ont vu le jour et certaines ont même réussi à finaliser des levées de fonds.

Fort de cette première expérience, l’Université de Stanford va s’appuyer sur cette plateforme pour proposer sept cours dédiés au grand public, ainsi que 10 cours privés disponibles uniquement pour les étudiants de Stanford.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Stanford démocratise l’e-learning avec la plateforme NovoEd
Google Finance adapte sa plateforme pour répondre à l’engouement autour des cryptomonnaies
Blockchain: comment les NFT deviennent-ils les objets de collection du futur?
Cédric O annonce un investissement de 2,3 millions d’euros pour soutenir les écosystèmes régionaux 
Lever des fonds, le parcours du combattant des femmes entrepreneures
Mansa
FinTech: Mansa lève 18 millions d’euros auprès d’Anthemis Group et Founders Future
Facebook
Accusé d’avoir illégalement recueilli des données biométriques, Facebook débourse 650 millions de dollars pour clore le litige