Actualité

[Start-up de la semaine] La place de marché Codeur s’ouvre aux bientôt aux graphistes

Les webmasters et développeurs freelances qui cherchent des projets d’appel d’offres se connectent sur une place de marché: Codeur.com. Fondé en 2006 par Serge Roukine et Sébastien Peltey, Codeur recense aujourd’hui plus de 30 000 prestataires inscrits, et presque autant d’appels d’offres depuis la création. Auto-financé par les fondateurs, la société fait entrer Thibaud Elzière, CEO fondateur de Fotolia à hauteur de 10%. Un investissement qui va permettre de lancer Graphiste.com, une nouvelle place de marché de graphistes freelances, qui sortira début Décembre. La page d’accueil propose, pour l’heure, de laisser un e-mail d’inscription.

L’ambition est de proposer un concours de graphistes sur des projets qui vont de la fabrication de logo, aux templates d’applications Facebook. Le site, à la mode 99Design, a l’ambition de dépasser Codeur en terme de projets conclus.

Le business modèle de Graphiste.com est identique à celui de Codeur: les clients déposent leur projet, les graphistes font, eux, des propositions. Le client choisit et paie le meilleure réponse, et paie un pourcentage, réparti entre le freelance et le site.

Entretien avec le co-fondateur de Codeur et Graphiste, Serge Roukine, au bar de FrenchWeb.

Tags

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

10 thoughts on “[Start-up de la semaine] La place de marché Codeur s’ouvre aux bientôt aux graphistes”

  1. Encore un site qui va demander aux graphistes de travailler gratuitement !!!

    Comme d’habitude, on va demander à des professionnels de faire des recherches graphiques gratuites, seule l’heureux élu sera payé (on ignore le pourcentage).

    Pourtant qd on fait un appel d’offre en architecture, les cabinets qui sont retenus pour faire des propositions architecturales sont payés et le cabinet sélectionné emporte le marché alors pourquoi le graphisme est encore et tjrs la dernière roue du charriot !!!.
    Comment un client qui fait appel à ce genre de site espère-t-il avoir un résultat professionnel ?

    Vous connaissez beaucoup de professionnels qui se donne à fond gratuitement ? Vous connaissez beaucoup de plombiers à qui vous dites :
    « Installer moi le lavabo, je prendrai la meilleure réalisation. »

    Ici comme très souvent, on demande aux graphistes de travailler gratuitement dans la perspective éventuelle d’être payé si il est sélectionné !

  2. Bonjour,

    Le site « Business Model Fab » a publié une étude approfondie du modèle économique des places de marché pour freelances telles Codeur.com (Fr), Freelancer.com (Aus) et Odesk.com (US) .

    Le format utilisée pour l’étude est le « business model canvas » développé par A. Osterwalder et Y. Prigneur.

    Cette étude entre dans le cadre d’un dossier consacré aux plateformes de crowdsourcing positionnées sur le marché du savoir.

    Lien : http://businessmodelfab.com/

    Cordialement,
    Business Model Fab

  3. Bonjour,

    Le site « Business Model Fab » a publié une étude approfondie du modèle économique des places de marché pour freelancers telles Codeur.com, Freelancer.com et Odesk.com.

    Le format utilisé pour l’étude est le « business model canvas » développé par A. Osterwalder et Y. Prigneur.

    Cordialement,

  4. Navrant de voir que Frenchweb fait un article là-dessus…

    La différence avec Codeur.com est qu’ici on bosse (gratuitement) et le travail final est choisi et payé. Sur Codeur, on propose seulement un devis, et le travail effectué est payé.

    Demandez à 20 devs de faire un module wordpress, à partir d’un brief, et que le client choisisse celui qui le convient le plus (prix à l’appui). On rigolerai bien.

  5. En off sur Graphiste.com, on tapine de fausses refs à mettre en home sans crédits site pour « rassurer » les clients parce que la qualité produite par la plateforme est pourrave.

    >> http://twitpic.com/8f53bd/full

    Au moins c’est égalitaire : les clients sont autant escroqués que les graphistes…

  6. Dans la même veine que graphistesonline, hormis le mode opératoire (payant aussi au départ sur graphisteonline et progonline), le résultat est à peu prés le même:

    On bosse gratos, et eux récupèrent argent et clients!

    Le travail gratuit est formellement interdit par la loi, et toute maquette doit être payée, les sociétés qui lancent des appels d’offre ont un budget consacré à ça et tiennent bien évidemment compte qu’ils feront plusieurs « devis » et qu’il faudra les payer, TOUS…
    Le professionnel qui l’ignore n’est pas un professionnel, le graphiste qui accepte cette gratuité n’est non seulement pas pris au sérieux, et donc pas pro, mais il met sa propre profession toute entière en péril.
    Tant que des pigeons accepteront, les graphistes freelance galéreront…
    Ne leur cédez rien gratuitement, et ne vous inscrivez pas sur ce genre de plate-forme qui vous promet monts et merveilles contre un travail gratuit (au départ), c’est assurément pas légal, et tôt ou tard, vous en ferez les frais, mais ça sera trop tard.
    Ce n’est pas nouveau souvenez-vous:
    … Jura mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrai plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This