BusinessManagementRetail & eCommerceStartup

Start-up de la semaine : La ruche qui dit oui !

Une « ruche » est un groupement d’une cinquantaine de consommateurs maximum qui veulent participer d’un commerce plus équitable pour leurs produits alimentaires et auquel des producteurs peuvent faire des offres via le site.

Un principe d’achats groupés inversés donc qui s’inspire en bonne partie des Amap, ces associations d’agriculteurs qui fournissent en direct des paniers de fruits et légumes chaque semaine à des groupes de consommateurs.
Quand, suite à une offre, un minimum de commande est atteint , le terme générique sera « La ruche a dit oui ! », d’où le nom de ce nouveau projet.

20% de commissions sont ajoutés au prix proposé : 10 % pour le site et 10% pour la personne qui, au sein de la ruche, prend en charge chez elle la collecte et la distribution des produits aux autres membres. Les produits seront alimentaires mais aussi liés au jardinage et l’entretien de la maison avec une forte dimension bio.

La constitution de ruches ne débutera véritablement qu’en janvier mais la société, soutenue par Marc Simoncini, Kima Ventures et Christophe Duhamel de Marmiton.org, fait déjà parler d’elle depuis quelques semaines.

Entretien avec Guilhem Chéron, CEO de La ruche qui dit oui !

La société recherche un ou deux stagiaires en marketing et communication. Voir l’annonce

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

    1. CEO qui veut dire chief executive officer est un terme plus adapté aux start up et moins ronflant…

Bouton retour en haut de la page
Start-up de la semaine : La ruche qui dit oui !
Face à Starlink, OneWeb lève 400 millions de dollars auprès de SoftBank et Hughes
CES: Drones désinfectants, masques intelligents… quelles sont les dernières innovations anti-Covid?
Streamland Media rachète les activités post-production de Technicolor pour 30 millions d’euros
Microsoft
Covid-19: Microsoft, Salesforce et Oracle travaillent sur un passeport de vaccination
Le CES 2021 déçoit, exposants et visiteurs ne sont pas au rendez-vous
Robots logistiques: pourquoi Scallog se lance aux Etats-Unis