ActualitéLes bonnes adresses

Startups : David Cameron va accorder des visas pour les « talents exceptionnels »

Bonne nouvelle pour Tech City. La structure londonienne dédiée aux nouvelles technologies pourra dorénavant faire venir plus facilement de la main d’oeuvre venue du monde entier.

David Cameron va en effet mettre en place un système pour faciliter l’accès des talents aux marché du travail britannique. Le visa, nommé « Talent exceptionnels », s’adresserait aux « personnes qui sont internationalement reconnus comme des leaders mondiaux ou disposant de talents potentiellement mondiaux dans les domaines de la science et les arts, et qui souhaitent travailler au Royaume-Uni ».

Tech City comprendrait aujourd’hui plus de 88 000 entreprises dans le secteur des technologies et du digital, en hausse de 76% sur trois ans, pour un total de 582 000 emplois dans la capital britannique, selon le « Tech City Annual Report ».

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Bonne nouvelle, bonne nouvelle…

    Pour les anglais de manière générale, c’est pas dit. Surtout chez les anglo-saxons quoi, ça va recruter du chinois/indien à tour de bras pour un bol de riz (façon de parler). Conséquences :

    – Les développeurs anglais ne trouveront plus de job
    – De manière générale, baisse des salaires pour rester dans la concurrence

    C’est hypothétique hein, mais connaissant les anglo-saxons ça ressemble à de la mondialisation bien dégueu :(

Bouton retour en haut de la page
Startups : David Cameron va accorder des visas pour les « talents exceptionnels »
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués