ActualitéTech

Taux de chômage quasi-stable chez les informaticiens, mais pour combien de temps ?

Dans le secteur informatique, le marché de l’emploi est resté quasi-stable en 2011 par rapport à 2010. En effet, selon le Munci (association professionnelle des informaticiens), le chômage des informaticiens en France a enregistré une légère baisse de 1,5 % sur un an, passant de 32 700 demandeurs d’emploi fin 2010, à 32 200 fin 2011, soit quelques 500 demandeurs d’emploi en moins.

Le chômage dans l’informatique a donc baissé deux fois moins qu’en 2010, où le secteur avait perdu près de 1000 demandeurs d’emploi. Toutefois le Munci relativise. En effet, aussi faible soit-elle, cette baisse reste appréciable par rapport aux chiffres macro-économiques, où le chômage a enregistré sur l’ensemble de l’année 2011 une hausse de près de 5,6%.

Parallèlement, si le secteur informatique n’est pas en situation de plein emploi et affiche un taux de chômage de 6%, celui reste inférieur au taux de chômage moyen observé en France qui se situe,  à 9.3%.

Malgré des chiffres encourageant et qui illustrent une bonne résistance à la crise, le Munci se révèle peu optimiste pour 2012. En effet, l’association professionnelle table sur une hausse du chômage des informaticiens comprise entre 10 % et 30 %, dans les 12 mois à venir.

Le Munci explique : « L’emploi informatique demeure fortement cyclique compte-tenu de la part croissante que prennent les services informatiques, lesquels jouent principalement le rôle de variables d’ajustement des grandes entreprises à la conjoncture, et ce malgré la hausse des prestations récurrentes (infogérance…). »

Avnt de conclure : « Face à cette prévision pessimiste, notre meilleur voeux pour 2012 serait bien sur que nous puissions intégralement nous tromper !« 

Tags
atelier-platform

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Taux de chômage quasi-stable chez les informaticiens, mais pour combien de temps ?”

  1. L’entrée en récession de la France depuis le trimestre dernier risque de rendre effectivement plus frileuses les entreprises dans le recrutement d’informaticiens, aussi talentueux soient-ils. Pour autant, les besoins en la matière existent car pour rester compétitives, les entreprises se doivent de rester innovantes dans ses outils mais aussi dans son mode d’organisation. Afin de donner un aperçu des nouveaux profils informatiques recherchés et donner une nouvelle dynamique à la cause des informaticiens, je vous propose de lire cet article consacré à « l’impact des nouvelles technologies sur les métiers informatiques » http://blog.opteamis.com/595-limpact-des-nouvelles-technologies-sur-les-metiers-de-linformatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This