ActualitéBusinessFinTechTech

Taxe Gafa: la France maintient son projet malgré les menaces américaines

AFP

Le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire a assuré mercredi que la France maintenait son projet de taxation des services numériques dans le cadre de l’OCDE malgré de nouvelles menaces de sanctions commerciales américaines. « Nous ne lâcherons rien sur la taxe numérique », a déclaré M. Le Maire à l’issue d’un G7 finances. Il y a selon lui « une vraie contradiction entre la demande d’unité des États-Unis au sein du G7, que nous soutenons, et la perspective de nouvelles sanctions commerciales ».

L’administration Trump a lancé mardi une enquête formelle sur les taxes ou projets d’imposés sur les services numériques dans de nombreux pays dans le monde, dont l’Union européenne, l’Indonésie ou encore la Turquie, l’Inde et le Royaume-Uni. Les États-Unis considèrent qu’une taxe numérique est discriminatoire contre les grands champions américains du numérique comme Amazon, Google ou Netflix, et a menacé plusieurs pays qui voulaient l’appliquer de représailles.

Après une escalade lors de laquelle Donald Trump a menacé de taxer les vins français, Paris a proposé aux États-Unis de suspendre le prélèvement de la taxe cette année afin de trouver un accord. L’OCDE se penche depuis plusieurs années sur une réforme de la fiscalité plus adaptée à l’économie numérique, mais n’a pas encore dégagé de consensus. Selon Bercy, les négociations progressent entre plusieurs pays mais pas avec les États-Unis.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Taxe Gafa: la France maintient son projet malgré les menaces américaines
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence
discord
Discord lève 500 millions de dollars et double sa valorisation
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco
[Silicon Carne] Creation economy: comment l’industrie de la création fait sa révolution
Picnic lève 600 millions d’euros pour prendre le marché de la livraison à contrepied