A la uneAmérique du nordAsieBusinessEtudesEuropeTech

Transformation digitale: 48% des dirigeants français ont peur d’être relégués en seconde division d’ici 5 ans

Plus de 6 cadres dirigeants sur 10 estiment que de nouveaux concurrents sont arrivés sur leur marché sous l'impulsion du digital, et 45% d'entre eux s'inquiètent de la possible obsolescence de leur entreprise d'ici 5 ans, selon l'étude «Embracing a Digital Future» réalisée par Dell Technologies, en partenariat avec Vanson Bourne, une société d'études de marché britannique. En France, ce sont 48% des répondants qui estiment que leur entreprise pourrait être dépassée d'ici 5 ans.

Menée auprès de 4 000 cadres dirigeants, issus de différents secteurs d'activité et originaires de 16 pays dans le monde, l'étude s'articule autour de deux volets: une enquête portant sur la perception qu'ont ces dirigeants de leur propre transformation digitale, et le calcul d'un «Index de Transformation Digitale» mesurant leur stade d'avancement sur le sujet.  

La France classée 8e en matière de transformation digitale

Calculé à partir des réponses fournies par les cadres dirigeants aux questions posées, l'indice pondère les différents items analysés pour en sortir une note globale, par répondant:

  • 60% de la note provient ainsi de la manière dont l'entreprise gère les compétences dont elle aura besoin dans le cadre de sa transformation digitale,
  • 14% de la note de la manière dont l'entreprise a intégré les facteurs clés de succès dans le digital,
  • 14% de de la stratégie de l'entreprise en termes d'IT,
  • et 12% des projets à moyen-terme de l'entreprise pour se transformer. 

 

Première surprise de l'étude, c'est l'Inde qui arrive en tête des pays les plus avancés sur le sujet du digital (avec une note de 53/100), bien devant la France et sa note de 42/100, et les Etats-Unis notés 41/100.

[tabs] [tab title= « Le Top 10 (sur 16) des pays en matière de transformation digitale: »]

1. Inde (53/100)

2. Brésil (50/100)

3. Mexique (47/100)

4. Australie (44/100)

5. Allemagne (43/100)

6. Emirats arabes unis et Arabie-Saoudite (42/100)

7. Pays-Bas (42/100)

8. France (42/100)

9. Italie (41/100)

10. Etats-Unis (41/100)

[/tab] [/tabs]

Autre constat, les auteurs de l'étude estiment que les deux tiers des entreprises étudiées rentrent soit dans la catégorie des «digital followers» (qui investissent peu dans le digital à l'heure actuelle mais envisagent de le faire à l'avenir) soit dans celle des «digital evaluators» (qui commencent à intégrer le digital à leur activité). A peine 5% des entreprises entrent dans la catégorie des «digital leaders» (pour qui le digital fait partie intégrante de leur ADN). 

dell-vanson-digital-transformation-octobre2016

Enfin en termes de secteurs d'activité, ce sont les entreprises de télécommunication qui arrivent en tête (46/100), suivies des entreprises technologiques (45/100), et du secteur des médias et du divertissement (44/100). 

Les entreprises peinent à répondre totalement aux nouvelles attentes de leurs clients

Interrogés sur la question, la grande majorité des cadres dirigeants se sentent menacés par l'arrivée de start-up digitales sur leur marché. Pour s'en protéger, ils misent avant tout sur l'engagement et la satisfaction de leurs clients actuels (à 47%), ainsi que sur la technologie (à 42%). Un peu plus du tiers (39%) des répondants déclare également avoir intégré le digital à l'ensemble de leur organisation. 

Cette mutation vers le digital se fait ainsi avant tout sous l'impulsion des clients (à 56%). Ces derniers attendent en effet des entreprises plus de sécurité (à 66%), un accès plus rapide à leurs services (à 65%) ainsi qu'à de l'information (à 61%). Interrogées sur la question, les entreprises peinent d'ailleurs à répondre totalement aux nouvelles attentes de leurs clients: à peine plus du tiers sont capables de répondre complètement aux attentes en matière de sécurisation, et à peine plus de 40% à leurs attentes en matière de facilité d'accès aux services et aux informations. 

dell-vanson-digital-transformation-octobre2016-2

A noter, au-delà des clients, les services informatiques sont un autre moteur de transformation digitale au sein des entreprises (pour 43% des répondants), tout comme le comité de direction (à 41%).

Le manque de budget et d'expertises pointés du doigt

S'ils sont convaincus de la nécessité de se transformer pour survivre, les répondants sont également conscients des limites de leurs stratégies actuelles: les trois quarts d'entre eux estiment en effet que leur vision et leur stratégie pourraient être améliorées. Ils sont 73% à estimer que le digital pourrait être plus répandu dans l'organisation. 

Parmi les principaux chantiers identifiés par les répondants en matière de digital, le principal point d'amélioration cité porte sur la capacité à proposer une expérience unique et personnalisée (à 74%), suivi de la capacité d'innover de manière agile (à 72%). Un tiers des répondants estime manquer de budget pour progresser dans le digital, et 31% déplorent le manque d'expertise et de compétences en interne. 

 

**Méthodologie: étude réalisée auprès de 4 000 cadres dirigeants, provenant de 12 secteurs d'activité différents, et originaires de 16 pays différents (parmi lesquels les Etats-Unis, la Chine, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni). 

 

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This