ActualitéBusiness

[Travail collaboratif] Le français Azendoo lève 1,3 million d’euros

Azendoo, solution en SaaS de gestion de projets collaboratifs, vient d’annoncer la finalisation d’une levée de fonds de 1,3M € auprès de la société d’investissements luxembourgeoise Halisol Groupe.

Co-fondée par Grégory Lefort, Benoît Droulin et Christophe Gagin en décembre 2010, la start-up propose une service qui permet de collaborer sur tout projet d’une façon qui se veut plus intuitive, fluide et nomade. Azendoo synchronise ainsi messages, to-do-listes, documents et suivi des actions.

L’éditeur français vise donc à faciliter de nombreux usages tels que le suivi des recrutements, les projets marketing, le suivi fournisseurs, la gestion des clients, les appels d’offres, ou encore les relations avec des points de ventes et l’organisation R&D.

Commercialisée depuis à peine un mois, la start-up revendique déjà près de 1200 utilisateurs dont La Poste Enseigne. La solution est par ailleurs gratuite lorsque son utilisation est faite dans le cadre d’un groupe de moins de 10 personnes.

Grâce à cette augmentation de capital, Azendoo compte accélérer le développement de ses ventes, globaliser son activité et améliorer les fonctionnalités de son service.

La start-up bordelaise précise enfin que ce financement vient compléter le concours de fonds publics, comme le soutien d’Oséo, de la Région Aquitaine et de business angels à hauteur de 500 000 €.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Travail collaboratif] Le français Azendoo lève 1,3 million d’euros
Recrutement: pourquoi miser sur le personal branding quand on est candidat
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars
Vinted poursuit sa conquête de l’Europe avec le rachat de son concurrent United Wardrobe
Comment réussir son entretien en visio?
Médias: les Français moins enclins à payer pour s’informer que la moyenne mondiale