AcquisitionActualitéMarketing & CommunicationRetail & eCommerce

Twitter rachète CardSpring pour se renforcer dans le commerce in-tweet

Twitter vient de racheter CardSpring, une start-up qui édite une plate-forme sécurisée permettant aux développeurs de créer des applications acceptant les paiements par carte bancaire pour certaines offres spéciales : réduction, programme de fidélité… La solution fonctionnant en cloud, les commerçants n’ont donc pas besoin d’installer de nouveaux terminaux sur leur point de vente.

« Nous avons déjà donné la possibilité aux utilisateurs de recevoir des offres spéciales et des rabais (…) ou d’ajouter des articles à leur panier en ligne – le tout directement à partir d’un tweet » explique le réseau social sur son blog. Twitter s’intéresse ici à la possibilité d’effectuer des commandes et des achats chez les commerçants physiques.

« Chez Twitter, nous allons continuer d’accélérer l’adoption de notre plate-forme et travailler avec nos partenaires éditeurs et financiers et les points de vente au détail pour créer de nouvelles expériences de commerce innovantes pour les consommateurs », explique quant à elle la start-up.

Basée à San Francisco, CardSpring avait bouclé un tour de table de 10 millions de dollars en 2012 auprès d’Accel Partners et Greylock Partners notamment.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Twitter rachète CardSpring pour se renforcer dans le commerce in-tweet
IA: une startup lyonnaise dévoile un portique repérant les défauts des voitures en quelques secondes
Comment repenser les ressources humaines avec la relance et le numérique?
[#NoMatterWhat] Retail: comment s’adapter à la crise pour réussir cette fin d’année?
EdTech: Byju’s lève 300 millions de dollars auprès de BlackRock, Sands Capital et Alkeon Capital
Comment générer des recommandations sur Internet pour trouver de nouveaux clients?
Comet Meetings réalise un tour de table de 30 millions d’euros mené par la BPI et Pierre Kosciusko-Morizet
Copy link