Les dernières actualités de la tech

Un nouveau panier pour vente-privée

Alors qu’il est en tête des ventes en ligne de vin, vente-privée lance un site de produits secs et frais, qui serait baptisé « Miam Miam » selon le Journal du Dimanche.

Vente-privée y proposera des produits « made in France » issus des producteurs régionaux. Selon le JDD, il devrait même créer à terme quelques « centaines d’emplois directs et d’emplois induits auprès des petits producteurs ». Une aubaine à saisir pour le ministre du Redressement Productif Arnaud Montebourg, qui fera le déplacement au siège de vente-privée ce jeudi matin, entouré de Sylvia Pinel, la ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme, et de Jacques-Antoine Granjon, le patron du site e-commerce, qui revendique à ce jour 1,3 milliards d’euros de chiffres d’affaires.

Vous cherchez à lever des fonds? identifiez les investisseurs compatibles avec votre projet, et faites connaitre votre startup auprès de l'écosysteme VC, Family office, et Business Angels. Pour en savoir plus, cliquez ici
CATHAY INNOVATION EDUCAPITAL XANGE
A Global Venture Capital Firm Connecting Innovators Everywhere The largest European Edtech & Future of Work VC Today's disruption, Tomorrow's daily life
DECOUVRIR DECOUVRIR DECOUVRIR
Connaissez vous la DATAROOM de FRENCHWEB.FR notre base de données de startups et sociétés innovantes françaises: informations clés, fonds levées, chiffres d'affaires, organigramme, axes de développement. Accédez aux informations que nous avons collecté concernant plus de 2000 sociétés

3 commentaires

  1. Bonjour, l’équipe de Frenchweb et peut-être une personne de l’équipe de « Miam Miam ».
    Beaucoup de personnes se sont cassé les dents sur la vente de produit issus du terroir français. Les quelques personnes qui réussissent, ont une structure ou une boutique classique et colle dessus du e-commerce.
    Le marché existe, c’est certain, mais le service reste à inventer : un service sachant apporté une qualité de produit de terroir (le mot terroir ne garantit pas ni le bon ni la qualité d’un produit), ni tout en garantissant une rentabilité du produit. Sans compter que passe par une usine pour vendre du terroir en grande quantité on est déjà plus dans du terroir ….
    Vente-privée part avec beaucoup de bonnes cartes à jouer, mais dans l’alimentaire il n’y a pas de droit à l’erreur.
    J’ai beaucoup d’interrogation et de curiosité autour de ce projet .
    S’il y a un site ou un communiqué de presse, ou juste des documents détaillés n’hésiter pas à partager merci.

Bouton retour en haut de la page
Share This