ActualitéAmérique du nordBourseTech

Valorisée 2,8 milliards de dollars, Slack pense à l’IPO

Le réseau social d'entreprise Slack réfléchit à s'introduire en Bourse. Dans une interview accordée au journal The Australian Business Review, son fondateur Stewart Butterfield explique se préparer à cette option. «Nous avons fait notre premier audit externe et nous avons mis en place un grand nombre de contrôles et de pratiques de sécurité», explique-t-il.

L'entrepreneur précise cependant que la date la plus proche possible serait dans 18 mois. «Une des choses que recherchent les investisseurs publics est la prévisibilité, et lorsque vous grossissez aussi vite que nous, il est impossible de prédire où nous allons être dans six mois», poursuit-il.

Son concurrent Atlassian prépare lui aussi son IPO 

Basé à San Francisco, Slack développe une plateforme de travail collaboratif en entreprise. Elle permet notamment aux employés de discuter directement via une messagerie instantanée, plutôt que par e-mail, ou encore de partager des fichiers en mode «glissez, déposez».

En avril, la société avait levé 160 millions de dollars auprès d'investisseurs privés. On retrouve notmmanet Google et Accel Partners au capital de l'entreprise. Deux ans après son lancement, Slack est valorisée 2,8 milliards de dollars. Son concurrent australien Atlassian a déposé début septembre son dossier d'introduction en Bourse auprès de la SEC.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Valorisée 2,8 milliards de dollars, Slack pense à l’IPO
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
[DECODE Quantum] À la rencontre de Frédéric Grosshans, co-directeur du Quantum Information Center Sorbonne
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger
Pixel 6: Google va-t-il enfin percer sur le marché des smartphones?
WeWork: deux ans après son échec retentissant en Bourse, le géant des bureaux partagés revient à Wall Street