ActualitéLes levées de fonds

Walt Disney poursuit sa mue numérique avec les contenus «viraux» de Playbuzz

Disney poursuit ses investissements dans le numérique. La société israélienne Playbuzz, qui développe une plateforme de création de contenus (jeux, quizz…), vient de lever 15 millions de dollars (environ 13,1 millions d'euros) auprès de Saban Ventures et de Walt Disney Company. Par ailleurs, 83North, Carmel Ventures et FirstTime Ventures – qui avaient déjà participé à la levée de 16 millions de dollars l'an passé – ont également pris part à ce nouveau tour de table.

Des Quizz, des jeux…

Fondée en 2012, Playbuzz propose de créer des contenus facilement partageables sur les réseaux sociaux. Il peut s'agir de «video snaps», c'est-à-dire des vidéos dans un format très court, de sondages en ligne, mais aussi de «flip cards», une image qui, par exemple, invite l'internaute à répondre à une question. L'utilisateur doit alors cliquer afin de faire apparaître la réponse.

D'autres fonctionnalités sont également disponibles parmi lesquelles la création de listes sur des sujets de divertissement («10 choses à savoir sur…»), la formulation de sondages sur des thèmes d'actualité ou encore des galeries de photos. Pour favoriser la «viralité», Playbuzz propose non seulement de partager ces contenus sur les réseaux sociaux, mais également de les intégrer sur d'autres pages Web via un code HTML, à l'instar d'une vidéo YouTube. Un modèle qui lui vaut de revendiquer un taux de «partage social» de 15%.

Une centaine d'employés

«Playbuzz permet aux éditeurs et aux marques de créer du contenu qui correspond aux habitudes d'aujourd'hui en matière de consommation (…), tout en générant un engagement significatif et de nouvelles opportunités de monétisation», déclare Shaul Olmert, le cofondateur, dans un communiqué. Avec ce concept, la société, qui revendique plusieurs dizaines de milliers de créateurs de contenus (marques, éditeurs…) utilisant sa plateforme, compte aujourd'hui une centaine d'employés répartis dans ses bureaux de New York, Londres, Tel-Aviv et Hambourg.

Cet investissement survient alors que Disney se renforce dans les supports numériques afin de s'adapter aux nouveaux usages. Fin 2015, le groupe américain aurait investi de nouveau dans Vice Media, rapportait le Financial Times, après un premier investissement en 2014, pour un total de 400 millions de dollars.

D'autres acteurs du divertissement misent aussi sur les start-up pour s'adapter. La Metro-Goldwyn-Mayer investissait ainsi plus de 18 millions de dollars en décembre dans Interlude, une start-up israélienne qui développe une solution pour rendre interactifs les contenus audiovisuels.

PDG : Shaul Olmert

Création : 2012

Bureaux : New York, Londres, Tel-Aviv, Hambourg

Activité : plateforme de création de contenus

Financement : plus de 30 millions de dollars levés

Bouton retour en haut de la page
Walt Disney poursuit sa mue numérique avec les contenus «viraux» de Playbuzz
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux
[Série D] Exotec lève 335 millions de dollars pour devenir la première licorne industrielle française
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies