Actualité

[Web-série] Grenade & Sparks parodie une agence dépassée par le digital

Grenade & Sparks, agence de communication communication “advertising“ & digitale, lance une web-série humoristique : Digital désespérément.

Cette dernière, découpée en 3 épisodes d’1 minute chacun et entièrement réalisée en interne, raconte les déboires d’Astral’Com, une agence de publicité qui a connu ses heures de gloire dans les années 90 et qui tente désespérément de suivre les dernières tendances du web, sans succès.

 

On y retrouve ainsi les employés d’Astral’Com, qui se rendent tour-à-tour dans le bureau de leur directeur pour émettre des suggestions, des plaintes, des résultats sur leurs expériences digitales. Instagram, QR Code, Twitter, App Store, référencement Google, Wikipedia, LinkedIn… Chaque sujet d’actualité y est abordé avec humour et les épisodes concluent tous sur cette phrase :  Il est peut ­être temps de reprogrammer votre marque.

Outre un peu de publicité pour l’agence Grenade & Sparks, l’objectif de cette web-série est de pointer du doigt  l’éparpillement des marques dans des médias qu’elles  ne maîtrisent pas, sans stratégies pré-établies. Elle sera diffusée dès jeudi sur le compte Twitter, la page Facebook, et le blog de Grenade & Sparks, ainsi qu’au travers de bannières web, et ce jusqu’au 30 janvier.

Retrouvez le 2e et le 3e épisode de « Digital désespérément » sur la chaîne Youtube de Grenade & Sparks.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Web-série] Grenade & Sparks parodie une agence dépassée par le digital
HR Tech: Deel lève 425 millions de dollars supplémentaires pour faciliter les recrutements à l’étranger
Digital Marketing en 2021: le temps de l’action et du sens pour convaincre des clients potentiels
N26
La néobanque allemande N26 lève 777 millions d’euros pour une valorisation à 7,76 milliards d’euros
Télémédecine: après la crise, l’e-santé enfin prête à décoller?
Recrutement: le Français CleverConnect lève 30 millions d’euros pour s’étendre en Europe
Pourquoi Facebook mise sur l’Europe pour construire le métaverse?