A la uneActualitéFinTech

Xiaomi investit 15 millions de dollars dans Tiger Brokers

Xiaomi continue de prendre position dans le secteur de la FinTech. Après avoir lancé en mai 2015 Huoqibao, une banque en ligne proposant des produits de placement, des crédits et du courtage, l’industriel chinois a finalisé un investissement de 15 millions de dollars dans la plateforme Tiger Brokers qui gère l’achat et la revente d’actions.

A travers elle, le fabricant de smartphones vise le marché des 500 000 Chinois qui spéculent régulièrement sur les marchés financiers. Tiger Brokers propose aussi des transactions sécurisées sur des actions d’entreprises cotées à Wall Street et à Hong Kong. Elle doit ainsi permettre aux Chinois d’investir, via une application, sur des valeurs américaines. «Tiger for US Stocks» leur permet par exemple de vendre «en un clic», précise TechNode.

Au sein de la start-up Tiger Brokers, les salariés viennent d’anciennes institutions financières, telles Thomson Reuters ou Morgan Stanley.

Xiaomi, qui bénéficie d’une immense base de données avec son activité smartphone, se place ainsi avec les start-up de la FinTech au plus près du portefeuille des clients. Le groupe a également investi dans la plateforme de prêt en peer to peeer Jimu Box, et dans les services financiers en ligne de la plateforme Caogentouzi.

Pour participer au FrenchWab Day FinTech du 22 octobre, rendez-vous sur la page de l’événement.

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Xiaomi investit 15 millions de dollars dans Tiger Brokers
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?