ActualitéBusinessData RoomLes levées de fonds

[Data marketing] Zebaz finalise une levée de 700 000 euros

Zebaz, base de données de décideurs d’entreprises actualisée en crowdsourcing, vient d’annoncer avoir bouclé sa première levée de fonds d’un montant de 700 000 €, auprès de Sigefi venture gestion.

Selon le principe du crowdsourcing, chaque membre de la communauté Zebaz peut gratuitement ajouter, modifier ou supprimer des contacts de son choix, et ainsi gagner des crédits d’exports. Ces derniers permettent ensuite d’exporter des listes de décideurs avec leurs coordonnées détaillées.

Frédéric Pichard, PDG de Zebaz : « Zebaz propose l’accès à plus de 1M de sociétés et de 1,8M de dirigeants en France avec les coordonnées détaillées de plus de 300 000 contacts opérationnels »

Cet investissement a pour objectif d’accélérer la croissance de Zebaz , qui compte devenir le leader des annuaires de décideurs professionnels en France.

Fondé en 2009, Zebaz a également obtenu le soutien d’Oséo qui a notamment accepté de l’accompagner dans le financement de ses programmes entre 2012 et 2014. Zebaz compterait plusieurs milliers d’utilisateurs, parmi lesquels : SFR, Talend, Atos, Nikon, IBM ou encore Samsung, pour n’en citer que quelques uns.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Voilà un service intéressant, je me demande si d’une certaine cela va pouvoir concurrencer les BDD de Facebook, Megabase et autres… qui revendent déjà allègrement leurs donénes.

Bouton retour en haut de la page
[Data marketing] Zebaz finalise une levée de 700 000 euros
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques
Radio France
Face aux géants du streaming, les radios françaises font leur révolution numérique
De quoi le télétravail est-il la fin?