A la uneActualitéParisStartup

Zenly lève 22,5 millions de dollars pour positionner son app

Derrière Zenly, on retrouve Antoine Martin et Alexis Bonillo, qui dès la fin de ses études avait créé Alert.us, une app qui permettait de geolocaliser une personne de son entourage en cas de problème.

La société a pivoté vers un usage plus ludique, avec une app qui permet de partager à tout moment sa géolocalisation et de communiquer avec ses amis présents sur le réseau social. En un clic sur la photo de votre ami, il est possible de commander un Uber pour le rejoindre. Zenly compte intégrer de nombreux services directement dans son app.

Destinée aux jeunes adultes, Zenly rencontre un vif succès en France mais aussi à l'étranger notamment en Asie, via le bouche-à-oreille. Son fondateur Antoine Martin nous confiait en mai dernier lors du Débrief de la semaine avoir enregistré 1 million de téléchargements de l'app.

Le premier tour de table de 10 millions d'euros avec en leaders, Xavier Niel et IDInvest, a réuni la jeune génération d'entrepreneurs français avec Solomon Hykes (Dockers), Damien Morin (Save), Stéphanie Hospital (OneRagtime).

Pour ce second tour de 22,5 millions de dollars, Zen.ly a convaincu Benchmark et Jerry Murdock (Insight Ventures). Xavier Niel et IDInvest suivent également cette augmentation de capital. 

Zen.ly s'apprète à ouvrir un bureau à San Francisco afin de se rapprocher de l'écosystème Tech US, tout en gardant au chaud ses ingénieurs à Paris.

Bouton retour en haut de la page
Zenly lève 22,5 millions de dollars pour positionner son app
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux