ActualitéBusinessFinTechInvestissementsLes levées de fonds

20 millions d’euros de plus pour développer Qonto

Qonto vient de boucler un nouveau tour de table de 20 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques, Valar, le fonds de Peter Thiel, et Alven.

En 2017, la néobanque française Qonto voit le jour avec la volonté de simplifier les démarches bancaires des entreprises. Lancée par Alexandre Prot et Steve Anavi, la banque en ligne propose ses services à partir de 9 euros par mois. Le prix augmente suivant le nombre de cartes demandées et le nombre de virements réalisés au cours du mois.

En marge de son lancement, Qonto avait levé 10 millions d’euros en juillet 2017 pour financer ses ambitions en France ainsi qu’à l’international. La néobanque revendique désormais 25 000 entreprises françaises clientes.

Le marché est particulièrement dynamique et Qonto doit faire face à une concurrence de plus en plus dense, représentée notamment par manager.one, Shine et Monaize. La banque en ligne entend poursuivre sa marche en avant dans l’Hexagone avant d’entamer son expansion européenne dès 2019. La société prévoit notamment de lancer ses services en Allemagne, en Italie et en Espagne.

Qonto : les données clés

Fondateurs : Alexandre Prot et Steve Anavi
Création : 2016
Siège social : Paris
Activité : néobanque B2B
Effectifs : 85 collaborateurs
Financement : 30 millions d’euros (10 millions d’euros en juillet 2017 et 20 millions en septembre 2018)

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
20 millions d’euros de plus pour développer Qonto
Le PDG de Spotify s’engage à investir 1 milliard d’euros dans les DeepTech européennes
Pour le lancement d’une innovation numérique, faut-il opter pour un effet d’annonce?
Covid-19: des grandes écoles tentent le campus virtuel
Apple: les éditeurs de presse dénoncent une commission « excessive » sur l’App Store
Après Google et Microsoft, Amazon lance son service de jeux vidéo à la demande
[DECODE Quantum] A la rencontre de Bruno Desruelles, CEO de Muquans