ActualitéAsieAsie

200 millions d’utilisateurs pour Line? non 300!

Le japonais Line connait une croissance fulgurante! A peine la barre des 200 millions d’utilisateurs franchie il y a a peine 4 mois, le réseau social exclusivement pensé Smartphone compte aujourd’hui 300 millions d’inscrits à travers 230 pays.

A mi-chemin entre Skype, Facebook et applications de messagerie instantanée, il s’agit d’un réseau social exclusivement mobile et gratuit. Sa particularité est qu’il lie chaque compte à un numéro de téléphone, ce qui permet à l’application de scanner le répertoire de chaque membre pour qu’il puisse retrouver et inviter ses contacts.

En plus de disposer d’une page de profil, l’utilisateur a la possibilité de passer des appels gratuitement et d’envoyer des messages instantanés via une connexion internet. La plateforme dispose de ses propres « emojis », sortes de smileys d’inspiration très manga. Ils sont l’identité visuelle du réseau et en font clairement son charme.

Avec des revenus s’élevant chaque mois à plus de 24 millions d’euros, Line a réussi à monter un business modèle désormais efficace  entre vente d’applications, ventes in-app, partenariat et produits dérivés etc.

Emmanuel Vivier vient de publier une étude sur Line que nous vous invitons à découvrir.

 

 

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
200 millions d’utilisateurs pour Line? non 300!
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?