ActualitéBusinessEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fondsStartup

22 millions d’euros pour la FinTech espagnole Bnext

Sous l’impulsion des Millennials, le smartphone devient une véritable tour de contrôle bancaire. Dans ce contexte, les solutions de paiement mobile comme Apple Pay et les néobanques, à l’image de N26, Revolut ou Orange Bank, ne cessent de fleurir, ainsi que des applications dites «méta-bancaires» qui permettent d’accéder et de gérer depuis une seule interface l’ensemble de ses comptes et divers services bancaires. En France, ce sont Lydia (2,2 millions d’utilisateurs) et Bankin’ (3,3 millions d’utilisateurs) qui proposent un tel service. En Espagne, c’est la FinTech madrilène Bnext qui a décidé d’occuper ce segment. 

Fondée en 2016 par Guillermo Vicandi et Juan Antonio Rullán, l’entreprise vient de boucler un tour de table de 22 millions d’euros en série A mené par DN Capital, Redalpine et Speedinvest. Les investisseurs historiques, Founders Future (Marc Menasé) et Cometa, ont également remis au pot, tandis que Conexo, USM et Enern entrent au capital de la société à l’occasion de cette opération. 

L’Amérique latine en ligne de mire 

Bnext se pose en alternative aux banques traditionnelles et aux néobanques puisque la start-up espagnole permet à l’utilisateur de créer un compte sans banque sur son smartphone. Et pour cause, Bnext ne dispose pas d’une licence bancaire mais d’une licence e-money. Couplée à l’application, la carte Visa délivrée par la FinTech madrilène permet de payer ses achats en ligne ou en magasin, et de retirer de l’argent dans les distributeurs automatiques de toutes les banques partout dans le monde, le tout sans frais de transaction à l’étranger. 

Comme dans une néobanque, il est possible de gérer son compte et sa carte depuis l’application. Sur cette dernière, l’utilisateur peut également regrouper tous ses comptes bancaires, envoyer et recevoir de l’argent avec ses amis, et accéder à des produits financiers d’entreprises tierces pour faire fructifier son argent. Grâce à des partenariats avec d’autres FinTech, Bnext permet ainsi à ses utilisateurs de bénéficier d’un prêt, de souscrire une assurance-vie ou encore d’investir leur argent dans des projets pour gagner des intérêts. 

Avec un tel dispositif, l’entreprise espagnole ambitionne de devenir l’application financière de référence de ses utilisateurs. Seulement présente en Espagne pour l’instant, elle revendique 300 000 utilisateurs actifs et assure traiter 100 millions d’euros de transactions chaque mois. Le tour de table en série A doit permettre à Bnext de proposer des forfaits premium intégrant de nouvelles fonctionnalités et des IBAN individuels. La FinTech prévoit également d’étendre ses activités en Amérique latine, en commençant par le Mexique d’ici la fin de l’année.

Bnext : les données clés

Fondateurs : Guillermo Vicandi et Juan Antonio Rullán
Création : 2016
Siège social : Madrid
Secteur : FinTech
Activité : application méta-bancaire


Financement : 25 millions de dollars en série A en septembre 2019 auprès de DN Capital, Redalpine, Speedinvest, Founders Future, Cometa, Conexo, USM et Enern…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
22 millions d’euros pour la FinTech espagnole Bnext
Pourquoi Balderton Capital lance un nouveau fonds de 400 millions d’euros
Internet haut débit: SpaceX lance la deuxième grappe de sa constellation de satellites
Instagram teste les « likes » masqués pour diminuer la pression sociale
Iliad lance une opération de rachat d’actions
Silicon Carne: quittez vos bureaux, bossez à la maison!
Avis Vérifiés (Net Reviews) boucle un tour de table de 32 millions d’euros pour prendre le large à l’international
Copy link