ActualitéEuropeFonds d'investissementInvestissements

Capital-risque: un bon cru 2015 pour les entreprises européennes

L'investissement en capital-risque dans les entreprises européennes a baissé au quatrième trimestre 2015, selon les données publiées par CB Insights. Si l'on s'intéresse aux montants réunis, les entreprises en quête de fonds ont attiré 3 milliards de dollars sur les trois derniers mois de l'année, contre 3,5 milliards le trimestre précédent. Mais c'est aussi le nombre d'opérations qui est en légère baisse, à 338 «deals» au quatrième trimestre, contre 347 précédemment.

Malgré cette baisse, CB Insights souligne que, pour la première fois, en 2015, le cap des 3 milliards de dollars levés a été franchi chaque trimestre. A titre de comparaison, en 2014, le record avait été atteint au second trimestre, avec 1,8 milliard de dollars levés.

D'octobre à décembre 2015, les levés de fonds en Europe ont été marquées par plusieurs tours de table importants, dont le service de livraison de repas Deliveroo (plus de 100 millions de dollars) ou encore la FinTech Ebury (83 millions de dollars). Enfin, parmi les investisseurs les plus actifs, on retrouve notamment les Français Alven Capital et Partech Ventures.

Lire aussi: Un nouveau fonds européen de 180 millions pour financer les start-up en amorçage
 

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Capital-risque: un bon cru 2015 pour les entreprises européennes
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?