ActualitéMarketing & Communication

[3 questions à] Frédéric Bellier (RadiumOne): « Nous visons une marge brute de 60 millions d’euros pour 2013 »

Fondée en 2009 par Gurbaksh Chahal, la société RadiumOne s’appuie sur les interactions sociales des internautes pour un ciblage de nouvelle génération qui permet de distribuer des publicités contextualisées en temps réel. En clair, une pub ciblée est visible à l’instant même où se déroule un échange, une discussion sur un sujet. Une alternative au « ciblage froid » que propose Facebook sur la base d’informations permanentes.

RadiumOne a récemment officialisé le lancement d’une plateforme multicanal et totalement intégrée baptisée RadiumOne Entreprise. Les détails de cette nouvelle offre et retour sur la stratégie de développement du spécialiste du social media advertising avec Frédéric Bellier, directeur général France.

[FW] En quoi consiste précisément l’offre articulée autour de la plateforme RadiumOne Entreprise ?

Frédéric Bellier: « Nous avons souhaité répondre à une forte demande de nos clients en développant une plateforme multicanal et totalement intégrée. Nous avions observé que nos différentes marques clientes avaient, elles mêmes, tenté d’imbriquer plusieurs technologies ensemble, sans arriver toutefois à un résultat très probant. A l’image du monde automobile, on constate bien souvent que se sont les écuries qui produisent tout en interne qui sont les plus efficaces. Nous avons donc mis en place cette plateforme qui offre aux responsables marketing la possibilité de gérer, cibler et diffuser des campagnes web, mobiles, vidéo ou sociales. L’idée est de véritablement créer une chaîne de connexion quelque soit l’écran utilisé et de suivre ainsi un utilisateur précis même lorsqu’il change de devices. Nos clients peuvent ainsi s’appuyer sur la data originale que nous leur fournissons mais aussi utiliser leur propre data CRM par exemple. L’objectif final est de libérer les professionnels des différentes contraintes technologiques existantes afin d’optimiser l’efficacité de leurs campagnes. »

[FW] RadiumOne est présent sur le marché français depuis près d’un an. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Frédéric Bellier: « Il y a un an j’étais seul à gérer le bureau parisien. Aujourd’hui, nous sommes 13 collaborateurs et 7 recrutements sont actuellement en cours. Lors du premier trimestre 2013 nous avons recensé près de 75 clients dont 37 nouveaux. Désormais nous comptons environ 80 clients. Plus généralement, nous travaillons actuellement avec environ 200 éditeurs et près de 80% de nos clients sont issus de grands comptes et grandes agences. »

[FW] Quels sont les prochains axes de développement de RadiumOne ? Quelles opérations stratégiques sont envisagées ?

Frédéric Bellier: « Pour l’heure, il n’est pas question de levées de fonds. Nous sommes largement autosuffisants et limiter le nombre de fonds d’investissement au capital de la société nous offre une meilleure flexibilité pour nous développer. En revanche, nous n’excluons pas certaines opérations de croissance externe. D’ailleurs, nous avons récemment finalisé deux acquisitions. Aujourd’hui, nous nous focalisons sur l’Europe du Sud et nous serons sans doute opportunistes. Côté business, nous tablons sur une marge brute de 80 millions de dollars (60 millions d’euros) sur l’exercice 2013. »

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[3 questions à] Frédéric Bellier (RadiumOne): « Nous visons une marge brute de 60 millions d’euros pour 2013 »
Défense : structuration progressive autour de l’intégration de l’intelligence artificielle
Coronavirus: comment les entrepreneurs ont-ils fait face à la crise?
Les offres d’emploi de la semaine
[DECODE Exit] Rachat de Chain Accelerator par ON-X, premier exit français en Blockchain
TikTok/Bytedance
Un collectif d’influenceurs TikTok lance une « collab house » à Paris
Cloud: Google installera ses premiers data center en France d’ici 2022
Copy link