ActualitéRetail & eCommerce

[3 questions à] Olivier Karsenti, ex-Pixmania et fondateur de la start-up MoozNbuy

Ex-directeur de la communication opérationnelle du groupe Pixmania, Olivier Karsenti a récemment lancé sa propre start-up. Baptisée MoozNbuy, il ne s’agit ni d’un site marchand ni d’un comparateur de prix classique… La plateforme se présente davantage comme un outil d’aide à l’achat et plus généralement comme un nouvel acteur du e-commerce « à l’envers ».

Pour l’heure uniquement disponible en version bêta, MoozNbuy compte quelques 45 000 visiteurs par mois, « sans communication particulière et sans référencement » précise son fondateur.

Entouré d’une équipe de 5 personnes, Olivier Karsenti table, d’ici la fin de l’année, sur une audience de 150 000 visiteurs par mois.
 Le business model de la jeune pousse oscille aujourd’hui entre le coût par clic et la commission à l’acte d’achat. Les détails avec Olivier Karsenti.

[FW] Pourquoi parler de « e-commerce à l’envers » ?

Olivier Karsenti: « Pendant plus de 10 ans l’e-commerce s’est comporté en tant que séducteur auprès du consommateur, hors aujourd’hui, au regard du contexte économique difficile, le consommateur ne distingue plus les nouveautés des produits en promotion, d’occasion, des fin de vies sans compter qu’aujourd’hui, il n’existe plus sur le web des périodes de soldes fixes, elles sont en en fil rouge toute l’année.

Mooznbuy est le premier à donner la parole au consommateur qui devient « consom’acteur », sa priorité étant le budget : Mooznbuy est le seul outil capable d’aider l’internaute dans la jungle des offres par rapport à son budget, ses besoins et ses envies, son budget disponible au quotidien. Sur Mooznbuy, on rentre son budget, son besoin, et on accède de suite aux trois choix les plus pertinents. L’acte d’achat est simple, rapide, efficace. Pas de perte de temps ni d’argent, le consommateur prend le lead sur son acte d’achat. C’est pourquoi je n’hésite pas à affirmer que « Mooznbuy est le premier site guide d’achat anti-crise ».

Aussi, l’effet crise se fait ressentir : nous sommes aujourd’hui dans une économie plus compliquée : les budgets familiaux sont gérés par les femmes. Ce sont elles qui décident (hormis Noel) et qui tranchent entre le besoin/l’envie/le budget. Et enfin, nous ne sommes plus aujourd’hui dans l’achat d’impulsion : aujourd’hui qui n’a pas un appareil photo, une TV ? »

[FW] Comment, concrètement, comptez-vous tirer votre épingle du jeu face à la jungle d’acteurs spécialisés dans le e-commerce ?

Olivier Karsenti: « Aujourd’hui Mooznbuy ce sont 30 millions de produits référencés parmi 130 sites de e-commerce dans l’électronique grand public, puériculture, jouet, décoration, meuble … La plateforme est la seule passerelle entre le consommateur, les marques fournisseurs et les sites de e-commerce. Notre site redonne de la valeur, une notion de vrai prix d’un produit par rapport à la notion de pouvoir d’achat individuel de chaque consommateur.

En septembre nous opérerons une intégration des produits d’occasion et de stockage, afin de donner encore plus de choix au consommateur qui pourra choisir son canal de distribution. Et, en fin d’année 2013, nous intègrerons aussi la géolocalisation avec l’accessibilité aux magasins physiques, dans d’autres secteurs comme le voyage et l’immobilier par exemple.

Enfin, nous travaillons aussi sur les nouveaux supports comme le smartphone (75% d’utilisateurs de contenus) la tablette et la TV connectée
. »

[FW] Vous cherchez actuellement à lever des fonds. Pourquoi ? Quelles sont vos ambitions et perspectives de développement ?

Olivier Karsenti: « Développer sur fonds propres a toujours ses limites, et pour passer à la vitesse supérieure, que ce soit en développement technique ou à l’international, la levée de fonds auprès d’un industriel ou d’un capital risqueur est nécessaire. L’objectif est avant la fin de l’année d’avoir plus de 150 000 visiteurs par mois et d’atteindre le million de chiffre d’affaires.
 L’équipe va, par ailleurs, fortement évoluer dans les prochains mois.’

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Un commentaire

  1. Monsieur Karsenti monte sa start up au détriment de ses prestataires à qui il oublie de régler ses factures

[3 questions à] Olivier Karsenti, ex-Pixmania et fondateur de la start-up MoozNbuy
Racheté par le Crédit Agricole, comment Linxo compte accélérer dans l’open banking
1,6 million d’euros pour Hootside, l’application de jeux vidéo en réalité augmentée
Pourquoi le PSG lance-t-il sa cryptomonnaie ?
RGPD: le modèle européen de protection des données s’étend à l’international
Fintech: focus sur les entreprises qui recrutent
Trottinettes électriques : l’Américain Bird rachète son concurrent allemand Circ
Copy link