ActualitéInvestissementsLes levées de fonds

50 Partners va prêter jusqu’à 150 000 euros aux start-ups qui intègrent dans son incubateur

L’incubateur parisien 50 Partners, qui rassemble un réseau de 50 entrepreneurs, lance un programme de financement automatique pour chaque startup intégrée.

FrenchWeb: Vous annoncez aujourd’hui le lancement de 50 Partners Capital, un programme de financement automatique pour votre incubateur 50 Partners. Il prendra des participations pour des tickets compris entre 50 000 euros et 150 000 euros. Quelle est la contrepartie en equity ?

jerome-masurelJérôme Masurel: La particularité de ce financement est qu’il s’agit d’une « avance sur levée de fonds », c’est-à-dire que cela ne nécessite aucune négociation de valorisation ou de pacte d’actionnaire. C’est une option (BSA) qui sera transformée en actions uniquement lors d’une prochaine levée de fonds et dans les conditions du tour conclu. La seule contrepartie au risque pris par les investisseurs qui entrent plus tôt dans le projet en BSA est une décote de 25% sur la valorisation qui sera définie.

Ce modèle de financement, sans prise de participation initiale, est largement utilisé dans les pays anglo-saxons, essentiellement sous forme de Convertible Notes (Obligations convertibles). Cependant la dette que représente une OC peut être un frein pour les jeunes sociétés. Ainsi, les modèle de pre-equity comme un BSA répond-il efficacement à l’objectif visé. Le célèbre incubateur YCombinator avait d’ailleurs introduit ce modèle sous le nom de SAFE (Simple Agreement for Future Equity) en décembre 2013.

Comment financez-vous ce programme ? Quel est le véhicule d’investissement ? Les 50 Partners, c’est à dire les « 50 mentors » vont-ils investir à titre personnel ?

Le véhicule est une simple SAS et rassemble les fonds nécessaires pour accompagner tous les projets pendant les deux prochaines années au moins. Le financement provient effectivement à 100% des « partners/mentors ». Ils connaissent bien notre processus de sélection et sont les plus à-même de constater l’impact exceptionnel de l’accompagnement que nous offrons aux projets. La plupart des projets ont rejoint le programme en phase d’amorçage et présentent 9-12 mois plus tard des tractions fortes et des revenus significatifs.

Les premiers tours institutionnels de sociétés comme Prêt à Changer (XAnge) ou Monsieur Drive (Schibsted) confortent la capacité du programme à accélérer significativement les projets. Les partners estiment les performances qu’auraient offert des investissements dès l’amorçage dans ces projets. Leur investissement personnel est également un excellent témoignage de leur engagement dans l’organisation.

Combien de start-ups visez-vous dans les six prochains mois et quels seront les secteurs privilégiés ?

Le rythme de financement de projets est directement lié aux nombre d’entrepreneurs retenus dans l’incubateur. Nous ne nous imposons aucun rythme afin de maintenir la meilleure sélection possible. Les projets sont accueillis au fil de l’eau.

Nous constatons cependant une moyenne de 5-7 projets chaque année. Cela permet de concentrer toutes nos ressources sur un nombre raisonnable de projets, et d’assurer un accompagnement sérieux pour chaque projet. Les secteurs visés sont ceux couverts par les expertises de nos Partners : web, média, mobile, software.

Comment va s’articuler le métier historique de 50 Partners et cette nouvelle formule ? S’agit-il d’une incubation physique ?

Il s’agit des mêmes projets dans les deux cas. Chaque projet de 50 Partners peut bénéficier, s’il le souhaite, de ce financement de super-amorçage. Cela ne modifie donc en rien notre modèle d’accompagnement des projets. Il s’agit d’une offre supplémentaire pour soutenir nos entrepreneurs. Côté bureaux, chaque start-up est hébergée gratuitement au Loft 50 Partners qui peut accueillir plus de 80 entrepreneurs. Nous ne sommes donc pas encore saturés…

Cela ne modifie pas non plus notre business model puisque les montants en jeu ne sont pas significatifs. Nous ne sommes pas une société de gestion de fonds. Le financement du programme est toujours assuré à 100% par nos partners et de façon privée.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
50 Partners va prêter jusqu’à 150 000 euros aux start-ups qui intègrent dans son incubateur
Kingfisher rachète NeedHelp pour accélérer la digitalisation de ses services de bricolage
[DECODE Brésil] Le Brésil est-il une terre de marketing d’influence ?
apple
Apple: pourquoi le chef de la sécurité est-il accusé de corruption?
Altice Europe: Patrick Drahi lance une offre publique pour retirer le groupe de la Bourse
Réseaux sociaux: après les innovations, l’uniformisation?
Livraison : la rapidité n’est pas le premier critère du consommateur