ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsMarketing & CommunicationStartup

AdTech : Ogury lève 50 millions de dollars auprès d’Idinvest

Ogury veut passer la vitesse supérieure sur le marché américain. Pour y parvenir, la start-up, qui développe une technologie de marketing pilotée par le choix de l’utilisateur, vient de boucler un nouveau tour de table de 50 millions auprès d’Idinvest Partners. Rentable depuis la première année, l’entreprise emploie aujourd’hui plus de 400 personnes dans 18 bureaux en Europe, aux États-Unis – son premier marché – et en APAC.

Née à Londres, la société, qui a racheté l’an passé Influans, plateforme marketing lancée par des anciens de Talend, a progressivement tissé sa toile à l’international, et notamment aux États-Unis, le plus gros marché de publicité digitale au monde. Ogury avait d’ailleurs levé 15 millions de dollars il y a trois ans pour attaquer le marché américain, où l’entreprise réalisé désormais la moitié de son chiffre d’affaires qui s’est élevé à 100 millions de dollars en 2018.

Lancée en 2014 par Jean Canzoneri et Thomas Pasquet, également fondateurs de BeeAd, qu’ils ont revendu 30 millions d’euros à Teads, Ogury analyse le parcours mobile des consommateurs pour épauler les marques et les éditeurs d’applications dans leurs campagnes marketing. A ce jour, la société compte 1 500 marques et 3 500 éditeurs parmi ses clients, dont Adidas, Nike, Amazon, eBay, Microsoft, Samsung, Nintendo, Renault, Cisco ou encore Chanel.

Le RGPD comme accélérateur de croissance 

En s’intéressant dès ses débuts à la notion de consentement de l’utilisateur, l’entreprise a ainsi bénéficié de l’application du RGPD en Europe pour accélérer son développement. «Notre activité s’est développée avec l’arrivée du RGPD en Europe. Nous y avons vu une opportunité pour intégrer des marchés tels que les États-Unis, l’Amérique latine ou l’APAC avant même qu’ils n’adoptent une réglementation. Ces pays suivent les initiatives de l’Europe pour rendre les organisations plus rigoureuses en matière de collecte, gestion, stockage et utilisation des données personnelles», indique Thomas Pasquet, co-fondateur d’Ogury.

Dans ce climat favorable, amplifié par les différents scandales qui ont touché les GAFA, accusés de marchander les données personnelles de leurs utilisateurs pour augmenter leurs revenus publicitaires, Ogury prévoit de poursuivre son expansion à l’international. Cette année, la société a notamment ouvert un bureau en Allemagne et au Mexique au premier semestre, puis à Amsterdam et Singapour en septembre. Ce tour de table doit permettre à l’entreprise de se renforcer sur les marchés sur lesquels elle est déjà implantée. «Nous sommes prêts pour le CCPA qui arrive aux États-Unis», assure Thomas Pasquet.

Le marché de la publicité digitale est aujourd’hui outrageusement dominé par Google et Facebook. Rien qu’en France, les deux géants américains ont capté 94% de la croissance du secteur l’an passé, selon les chiffres de l’Observatoire de l’e-pub, compilés par le Syndicat des régies Internet (SRI) avec PwC et l’Udecam. En 2018, le marché français, qui pèse près de 5 milliards d’euros, a ainsi progressé de 17% sur un an sous l’impulsion de ces deux acteurs, soit sa meilleure performance depuis dix ans.

Retrouvez notre reportage réalisé dans les locaux parisiens d’Ogury dans le cadre de notre série We Love Innovation :

Ogury : les données clés

Fondateurs : Jean Canzoneri et Thomas Pasquet
Création : 2014
Siège social : Paris
Effectifs : 400 collaborateurs
Secteur : Marketing mobile
Activité : plateforme de marketing digital spécialisée dans le mobile
Concurrents : Oracle, Adobe…

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIAPour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
AdTech : Ogury lève 50 millions de dollars auprès d’Idinvest
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
Coronavirus: les hôpitaux de Paris produisent en 3D les équipements qui leur manquent
Copy link