BusinessManagementStartup

L’AFDEL et le SNJV lancent une enquête auprès des startups sur les effets de la réforme JEI

L’Association Française des Editeurs de Logiciels (AFDEL) et le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV) ont toujours dénoncé le coup de rabot qu’a connu le statut de Jeune Entreprise Innovante dans le cadre de la dernière Loi de finances 2011. Applicable depuis janvier 2011, cette loi a notamment fortement impacté les coût salariaux des startups bénéficiant du statut JEI avec un double plafonnement des rémunérations et des cotisations par établissement.

Les deux groupements avaient vigoureusement dénoncé la « mise en danger  de 2 000 entreprises innovantes » pour une économie globale attendue de 57 M€.  A l’occasion du lancement du Conseil National du Numérique, Nicolas Sarkozy a qualifié la reforme de la JEI de « balle perdue » de la Loi de finances pour 2011, reconnaissant donc implicitement une erreur.

L’AFDEL et le SNJV ont donc décidé d’apporter des éléments concrets et irréfutables au débat en mesurant l’impact de la réforme sur la filière numérique. Ils ont lancé une enquête en ligne auprès de leurs adhérents (250 éditeurs de logiciels pour l’AFDEL et 160 acteurs du jeu vidéo en France pour le SNJV) mais aussi de toute JEI qui souhaite répondre au questionnaire. Les résultats seront présentés au ministre de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique Eric Besson.

Entretien avec Julien Villedieu, Délégué Général du Syndicat National du Jeu Vidéo.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
L’AFDEL et le SNJV lancent une enquête auprès des startups sur les effets de la réforme JEI
Stripe, la FinTech la mieux valorisée au monde, réalise sa première acquisition en Inde
Porté par Dassault Systèmes et Ubisoft, le logiciel français s’est envolé en 2020
RH: Next Station lève 1,5 million d’euros pour favoriser le recrutement à l’étranger
Pixel 6: Google va-t-il enfin percer sur le marché des smartphones?
WeWork: deux ans après son échec retentissant en Bourse, le géant des bureaux partagés revient à Wall Street
Cryptomonnaies: l’AFRO est-elle le futur « Bitcoin de l’Afrique »?