AsieComEuropeFonds d'investissementInvestissementsStart Me UpStartupTech

Amorçage: pourquoi ils disent «non» à un projet

L'année 2015 aura été celle des nouveaux fonds en amorçage en France. Le fonds Partech s'est doté de 60 millions en avril, et 35 millions du côté de 360 Capital Partners. Et pour cause. Le besoin de financements en amorçage en Europe, ce stade qui succède à la «love money» et qui permet à une start-up d'amortir ses dépenses, reste clé. Entre 2010 et 2014, une étude révélait que le nombre de deals en amorçage avait été multiplié par quatre. 

Frenchweb propose une série de points de vue de responsables de fonds pour venir éclairer ce stade de financement. 

 

Lire aussi : Amorçage: comment les fonds d’investissement jugent les start-up

 


FrenchWeb: Lorsque vous refusez un projet, comment expliquez-vous ce choix, tout repose-t-il sur le pitch de départ?

ISAI Gestion est un fonds parisien dédié aux entrepreneurs de l'Internet. En 2015, il s'est doté d'un fonds spécifique pour l'amoçage.

Mounia-Rkha-Une-credit-Olivier-EzrattyMounia Rkha, Seed Club Manager chez ISAI Gestion: Je dis souvent aux sociétés que nous refusons de financer qu’elles sont trop jeunes, ce qui peut être déroutant puisque je fais de l’amorçage (elles ne manquent pas de me le faire remarquer d’ailleurs). Ce que je veux dire par là, au-delà des métriques, qui révèlent des choses, même à ce stade, c’est qu’elles n’ont pas encore construit les éléments que j’évoque. Lire: comment les fonds d’investissement jugent les start-up). Concernant les métriques attendus en amorçage, il s’agit de voir si, sur un petit échantillon, les hypothèses sont réalistes. Par exemple si vous avez très peu d’utilisateurs parce que vous avez investi seulement 1 000 euros en marketing, mais que vous observez une forte récurrence sur ces derniers, c’est un bon indice….

Plusieurs autres raisons entrent en ligne de compte et ne remettent pas en question la qualité des projets et des fondateurs. Nous avons des secteurs ou modèles de prédilection et d’autres que nous connaissons moins. Nous arbitrons parmi un grand nombre de projets car nous faisons peu de deals…

Quand les entrepreneurs sont simples et francs, le pitch est toujours bien et l’échange intéressant. L’immense majorité des entrepreneurs sont des gens assez passionnants, donc je n’aime pas trop me mettre dans la position du juge (c’est peut être mon expérience de startupeuse qui m’a appris cela). Il y a quand même un pitch qui m’amuse beaucoup : « Le cahier des charges est fin prêt et nous levons 2 millions d'euros pour développer le site ». C’est so 2001 ! Complètement décorrelé de la réalité des startups d’aujourd’hui  dont les fondateurs savent coder et accomplissent des merveilles avec très peu de capital initialement.

 

Basé à San Francisco, Paris et Berlin, Partech Ventures est un fonds de capital-risque qui s'est spécialisé dans les technologies de l'information et de la communication. 

Romain-Lavault-Partech-VenturesRomain Lavault, General Partner de Partech Ventures: Les raisons les plus fréquentes sont un marché trop petit ou déjà trop concurrentiel, sans réelle innovation pour se démarquer, une équipe peu pertinente ou incomplète.

Ce n'est pas tant le contenu du pitch lui-même qui soit mauvais en soi que la motivation sincère des entrepreneurs et l'histoire qu'ils racontent (ambition et disruption). Le pire pitch est surtout le résultat d'une mauvaise interaction personnelle au départ. Parfois, c'est aussi l'attitude malveillante ou arrogante de l'investisseur qui rend le pitch mauvais. Un peu comme en dating, la première impression de part et d'autre est dure à effacer (on n'en a en général pas l'opportunité) et il faut être convaincu des deux côtés pour qu'il y ait une prochaine fois…

 

360 Capital Partners est un fonds de capital-risque early-stage qui investit en Europe, et plus particulièrement en France et en Italie.

Emanuele-Levi-360-partners-UnePaul Degueuse (a droite), Partner, et Emanuele Levi (à gauche), General Partner de 360 Capital Partners: Nous cherchons des entrepreneurs dotées d’un leadership solide et souhaitons à ce titre investir dans des équipes déjà en partie constituées, avec des profils complémentaires et qui développent des projets ambitieux à fort potentiel en France et à l’international. Nous privilégions lesPaul-Degueuse approches innovantes et soucieuses du développement produit. Meme très tôt, en phase de seed, l’obsession pour la qualité de l’experience client et le produit sont des éléments déterminants.

Nous sommes un fonds multi-stage; certaines startups qui ne rentreraient pas dans le scope du fonds (par exemple qui ne satisferaient pas le critère chiffre d’affaire limité) peuvent néanmoins entrer dans le scope de nos autres fonds.

Du côté de l'approche de l'entrepreneur, nous essayons de prendre le temps de rentrer dans le détail de chaque opportunité car en Seed, le pitch n’est pas forcément aussi bien formalisé qu’à des stades plus avancés.

 

Credits de la photo de Mounia Rkha: Olivier Ezratty

Lire aussi: Le Top 5 des investisseurs en amorçage depuis 2010

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This