ActualitéAmérique du nordIndustrie

Apple recrute 5 ingénieurs seniors chez son futur concurrent pour sa voiture électrique

Apple est prêt à tout pour sortir sa voiture électrique autonome dans cinq ans, en 2020. La firme de Cupertino a débauché cinq ingénieurs chez A123 Systems, un fabricant américain de batteries lithium-ion qui équipe les voitures du secteur. L’entreprise basée dans le Michigan a porté plainte contre Apple.

A123 Systems, détenu par la multinationale chinoise Wanxiang, prétend que ce sont ses meilleurs ingénieurs qui ont été approchés puis recrutés en juin 2014. Ceux-ci auraient violé les accords signés avec leur entreprise. «Apple est en train de développer un vaste département sur les batterie pour concurrencer directement l’activité de A123 Systems», est-il écrit dans la plainte déposée au tribunal fédéral du Massachussetts.

Les cinq employés concernés, des profils seniors, sont également poursuivis par leur société. Ils ne sont pas les seuls à avoir été confrontés aux charmes de la firme à la pomme. Le constructeur américain Tesla, spécialiste des voitures électriques, avait affirmé à Bloomberg qu’Apple avait proposé un bonus de 250 000 dollars et une hausse sur leur salaire de 60% pour attirer ses ingénieurs. A ce prix là, difficile de résister.
Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Apple recrute 5 ingénieurs seniors chez son futur concurrent pour sa voiture électrique
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Live shopping: qui est Whatnot, la nouvelle licorne californienne financée par Google, a16z et Y Combinator?
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence