ActualitéEuropeMedia

Après CB News, MediaSchool fait l’acquisition d’INfluencia

Olivier Chapuis et son fonds d'investissement Starinvest cède pour un montant non dévoilé le magazine INfluencia à MediaSchool . Les dirigeants et actionnaires actuels, Isabelle Musnik et Gaël Clouzard poursuivront l’aventure aux côtés du groupe d’enseignement supérieur.

Pour Isabelle Musnik, la fondatrice d’INfluencia et qui en demeure la présidente : «Il y a un lien très étroit entre l’éducation et les médias et nous nous réjouissons de ce rapprochement avec MediaSchool. Nous partageons la même vision, la même croyance en l’innovation, la curiosité et en l’international et allons ensemble lancer de nouveaux produits en France et dans d’autres pays». 

MediaSchool est un groupe d'enseignement supérieur privé présent à Paris, Marseille, Toulouse, Strasbourg, Nice, Bruxelles, Londres, Barcelone et Shanghai. Il propose des formations initiales jusqu'au niveau Bac+5 en communication (ECS), en journalisme à (IEJ), aux métiers du digital (#SUPDEWEB) et depuis 2016, aux métiers de la production audiovisuelle (SUPDEPROD).

Depuis la création de sa première école en 1981, le groupe s'est développé et compte aujourd’hui 25 écoles. En mai 2017, MediaSchool lance son activité Média avec l’acquisition de CB News, la plateforme média de référence de la communication des marques et des médias, fondée en 1986 par Christian Blachas.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Après CB News, MediaSchool fait l’acquisition d’INfluencia
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?